AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La Newsletter 15/04 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 15/04 de l'AALEME

Mon Étrange Légion


Laurent Boucher est né en France en 1965. À 18 ans, il quitte ses études de droit pour intégrer la Légion. Tour à tour plongeur, parachutiste, moniteur commando, il restera quinze ans à parcourir la planète, entre camps d’entraînements et campagnes militaires.

Avec un sens inné du récit et une pointe d’autodérision, il nous livre ici des tranches de vie souvent drôles, parfois tragiques, mais toujours racontées avec humanité, du quotidien de ces hommes venus de tous les horizons pour se mettre au service de la France.

Entretien avec Laurent Boucher autour de son livre "Mon étrange Légion"

"Appel à témoignages"

26-01-2015

Appel à témoignages : Un album illustré racontant l’histoire du 2e REI

Le 2e régiment étranger d’infanterie s’associe avec les Editions Pierre de Taillac afin de réaliser un album richement illustré racontant l’histoire glorieuse du régiment.

Initié par le Colonel OZANNE, Chef de Corps du 2e REI de 2012 à 2014, ce projet d’écriture sera sous la direction du Colonel PUTZ qui a pris le commandement du régiment le 2 juillet dernier. Le livre devrait paraitre fin décembre 2015 et sera destiné au grand public.

Afin que ce projet soit un succès, nous sommes à la recherche de témoignages de vétérans ayant servis sous le drapeau du 2e Etranger pendant la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, la 1ère guerre du Golfe et tous les autres théâtres opérationnels où le régiment a été engagé. Nous sommes également intéressés par toutes photos ou dessins qui pourraient mettre en image l’illustre passé du 2e REI.

Tout témoignage et élément iconographique sont à adresser au :

Lieutenant FERRERE

Officier communication

2e REI/BOI

57 rue Vincent Faïta

BP 99099

30972 Nîmes cedex 9.

Tel: 04 66 02 34 34

PNIA: 821 301 3434

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Camerone 2015 à Aubagne

La Légion dans la victoire.

Depuis sa création, la Légion étrangère a participé à tous les conflits majeurs dans lesquels la France a été engagée.

La 1re Guerre Mondiale verra la naissance du Régiment de Marche de la Légion étrangère (RMLE) qui se couvrira de gloire à partir de 1915 jusqu’à l’Armistice. 42 883 engagés volontaires pour la durée de la guerre (EVDG) passeront dans les rangs de la Légion, appartenant à plus 50 nations étrangères dont plus de 35 000 furent tués, blessés ou portés disparus.

En 1945, la Légion compte alors près de 49 000 engagés (chiffre jamais dépassé). Au sein de la 1re Armée française du général de Lattre de Tassigny, deux groupes d’unités de Légion étrangère sont engagés : la 13e DBLE, et les 1er REC et RMLE. Plus de 9 000 légionnaires iront jusqu’au sacrifice ultime pour la libération de la France et de l’Europe.

Aujourd’hui en 2015, les légionnaires continuent à être partout engagés en opération et nos unités se sont illustrées en Afghanistan, au Mali ou plus récemment en Centrafrique tandis que des légionnaires continuent, More majorum, à payer de leur vie leur engagement sous le fanion vert et rouge.

Cette année, pour toute inscription aux cérémonies de Camerone à Aubagne, les demandes d'invitations se feront uniquement sur le portail : http://camerone.legion-etrangere.com à partir du 9 et 16 février.

Seules les personnes ayant obtenu un carton nominatif pourront assister à la prise d'armes à Aubagne, le 30 avril.

Attention, la clôture des inscriptions est fixée au 24 avril.

Budget des armées : les rustines du gouvernement

Le Point - Publié le 29/01/2015

7 % du budget militaire 2015 ne sont pas financés. Un amendement à la loi Macron propose une solution provisoire, qui fait grincer les dents des militaires.

L'amendement prévoit que le ministre de la Défense puisse céder des biens de l'armée alors qu'ils continuent à être utilisés par ses services. © Loic Venance / AFP
Par

Les sociétés de projets (de droit privé) qui pourront acheter à la défense des matériels dont elle est actuellement propriétaire ou dont l'acquisition est prévue font l'objet, comme annoncé à l'issue du Conseil de défense du 21 janvier, du dépôt d'un amendement à la loi Macron. Cet amendement gouvernemental n° 2812 a été déposé le 23 janvier et peut être lu ici sur le site de l'Assemblée nationale. Il apporte des précisions importantes sur les intentions du gouvernement - à tout le moins de Jean-Yves Le Drian et d'Emmanuel Macron - soutenues par l'Élysée. Rappelons qu'il s'agit de trouver en urgence 2,2 milliards d'euros nécessaires pour boucler le budget 2015, soit environ 7 % de son montant "sanctuarisé" par la loi de programmation militaire. Ce budget 2015 devait être abondé par des ressources exceptionnelles produites par la vente de fréquences radio aux opérateurs télécoms. Mais celle-ci ne pourra sans doute pas se réaliser avant 2017. Or il faut que l'argent prévu soit parvenu aux armées avant la fin de l'été prochain.

Mécanismes de protection

Grâce à cet amendement à l'article 50 de la loi Macron, "le ministre de la Défense peut décider de procéder à l'aliénation de biens et droits mobiliers (...), alors qu'ils continuent à être utilisés par ses services ou ont vocation à l'être, dans le cadre d'un contrat de location avec une société à participation publique majoritaire." Le texte a pour objectif "à la fois" d"'assurer la sécurité juridique des opérations de cession-relocation" et de "prévoir des mécanismes efficaces de protection des biens cédés afin de garantir la continuité du service public de la défense", notamment en maintenant l'insaisissabilité des équipements cédés à la société de projet et en soumettant à l'accord préalable de l'État tout acte de cession, apport ou création de sûreté portant sur les biens cédés.

Éclaircissements

Les armées, qui préféreraient de très loin que le Trésor public assume les engagements gouvernementaux et parlementaires, sont officiellement indifférentes à la manière dont leur budget 2015 sera abondé. Mais, dans la réalité, un sous-amendement déposé le 26 janvier par le député UMP Jean-François Lamour révèle leurs préoccupations. Il demande en particulier que le gouvernement produise un rapport éclaircissant trois points essentiels : "la liste exhaustive des matériels potentiellement concernés (...) en précisant l'échéance envisagée pour le rachat en pleine propriété de chacun de ces matériels par l'État". Il sollicite en outre de connaître "les conditions posées à la participation d'investisseurs privés au capital des sociétés de projets ainsi que les garanties qui permettront d'y prévenir la présence d'investisseurs étrangers". Enfin, il réclame des détails sur "les modalités de rémunération des sociétés de projets ainsi que l'impact prévisible du dispositif sur l'endettement public".

Ce qui fâche les militaires

On sait déjà que le projet de vente et de location de matériels porte à ce stade sur des avions de transport A400M Atlas et sur des frégates FREMM. Jean-François Lamour se félicite que "les équipements touchant directement à la souveraineté nationale, tel l'A330 MRTT qui participe dans sa fonction de ravitailleur en vol à la dissuasion nucléaire aéroportée, ne soient pas concernés par la mesure". Et il conclut sur le fait qui heurte le plus les militaires, bien qu'ils ne s'expriment pas publiquement sur ce point : "Compte tenu de l'aléa inhérent aux recettes exceptionnelles, et ce, quelle qu'en soit l'origine, le budget du ministère de la Défense, sur lequel repose plus que jamais en cette période de grande tension sur le plan sécuritaire la protection de la sécurité des Français et des intérêts vitaux de la nation, devrait être intégralement financé par des ressources dont la survenance est certaine, c'est-à-dire par des crédits budgétaires."

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

La Légion débarque dans les cités de Marseille

Lundi 02/02/2015

Salim Bouali, ordonnateur de ce service civique, a déjà conduit des jeunes en stage commando en Guyane, comme Loïc, avec lui à la Légion étrangère d'Aubagne vendredi. Photo PHILIPPE LAURENSON

La question sera frontale lors de la conférence de presse de François Hollande prévue jeudi. "Elle pourrait même être l'un des thèmes centraux de la présidentielle en 2017", estime le général Jean Maurin. Les yeux plissés d'humanité malicieuse sous son képi trois étoiles, le commandant de la Légion étrangère redouble d'attentions avec Salim Bouali.

Lui est un personnage. Ancien sergent-chef de la Légion, ce pasteur de 55 ans, ouragan d'énergie rieuse, lançait vendredi à Aubagne le centre d'instruction civique qu'il a imaginé mille fois. "L'actualité invite le civisme au premier rang de tous les discours politiques, reprend le général Maurin. Les militaires ne peuvent se substituer à l'Etat, mais nous avons un devoir de fidélité. Celui d'aider la bonne cause que défend Bouali, l'insertion de nos jeunes en difficulté.

Dans la salle blanche et beige où s'affichent les combats de la Légion, de Formose à l'Afrique, Salim Bouali masque son émotion derrière ses lunettes. "Les événements récents nous obligent à revoir nos dispositifs classiques de prise en charge de jeunes en rupture totale avec la société", explique celui qui, pour comprendre, est allé habiter la cité Félix-Pyat à Marseille, dans le quartier le plus pauvre d'Europe. Huit années passées à "tenter de récupérer les gamins au pied des immeubles" avec son association "En action pour les Nations" créée en 2001. Avec des initiatives simples : visite des institutions, des casernes de pompiers, des commissariats pour les plus petits, sport, insertion professionnelle ou stages avec la Légion à Calvi pour les ados. "Je me souviens d'un petit de 12-13 ans qui était perdu. Tombé dans la délinquance, il faisait baisser la tête à tous les éducateurs. Sa haine était sans motif particulier. Il est devenu un exemple positif."

Un stage commando organisé au printemps 2014 dans la forêt guyanaise fait basculer le destin du pasteur Bouali. Les caméras embarquées de M6 sur le visage de dix durs à cuire des quartiers Nord secoués nuit et jour par les légionnaires, balancés comme des chats dans la vraie jungle, pas celle des cités, achèvent de convaincre ceux qui le suivaient déjà. "Salim a brisé pas mal d'obstacles, souligne Thierry Dechaume à l'unité de prévention urbaine de la police nationale. Ces jeunes sont en rejet de tout, ne s'accrochent à aucun système, mais sont attirés par un état d'esprit à forte symbolique comme l'armée. Ils veulent du grand frisson, de la transgression. Salim a compris qu'on pouvait leur donner en les encadrant. C'est pertinent. "

L'étape suivante se fera à partir des quartiers Nord. Au centre d'instruction civique qu'il aimerait installer dans une caserne désaffectée, Salim Bouali a prévu d'accueillir en permanence et selon les moyens financiers 10 à 45 jeunes. " On ne les lâchera pas" prévient-il, détaillant les projets de remises à niveau, de mise à jour administrative, de stages dans les associations, les entreprises ou avec la police et la Légion, de travaux d'intérêt généraux, de sport et d'insertion professionnelle au bout de plusieurs mois.

"On va leur redonner une identité, des repères et valeurs. Leur faire comprendre que la France les nourrit et blanchit, mais qu'ils y ont des droits et devoirs. Ils auront une tenue et un contrat, une fierté."

L'enthousiasme est contagieux. À Carpiagne, la Légion a préparé des locaux pour accueillir les stagiaires et leurs parents le temps d'un week-end ou plus. "Nous sommes tous persuadés du bien fondé de cette mission, assure le colonel Dhaissonville. Il faut traiter les problèmes à la racine, parler vrai avec les parents. Si on ne va pas maintenant chercher ces jeunes dans les cités pour les aider, on sera obligés d'y aller plus tard, autrement." A Marseille, l'adjointe à la sécurité, Caroline Pozmentier, évoque, elle, ces "mineurs perdus qui, si on ne s'en occupe pas, dérivent et nous claquent à la figure alors que c'était annoncé. Ce centre, c'est de l'espoir." Il devrait voir le jour d'ici l'an prochain. Il y a urgence.

François Tonneau

PIERRE ET HENRY chavancy. Le général de Lyon et le soldat du Racing

Publié le 31/01/2015

Du rugby à l’armée, il n’y a qu’un pas que franchissent le général Pierre Chavancy, gouverneur militaire de Lyon, et son fils, Henry, centre du Racing, qui affronte ce soir le LOU.

Le gouverneur militaire de Lyon, Pierre Chavancy, est un passionné de rugby. Son fils, Henri (en médaillon, AFP),

défend les couleurs du Racing. Un vrai dilemme pour le père, fervent supporter du Lou. Photo Philippe Juste

«Sur le terrain, je suis un soldat ! » Dans la bouche du centre du Racing, Henry Chavancy, cette phrase prend une signification particulière. En effet, il est le fils du général de corps d’armée, Pierre Chavancy, gouverneur militaire de Lyon, depuis le 1er août dernier.

Un père supporter du Lou

Dans la famille Chavancy, le rugby est une passion. Judoka de formation au Racing Club de France, le général Chavancy confie avoir toujours été attiré par ce sport. « Où la stratégie du jeu et les valeurs des joueurs sont proches de celles que connaissent les soldats de l’armée de terre », précise-t-il. Si sa fille, Hortense (20 ans), pratique l’équitation, ses deux fils, Henry (26 ans) et Louis-Mathieu (24 ans), 3e ligne à Versailles en Fédérale 3, sont des enfants de la balle. « Petit, Henry était remuant et aimait se rouler dans la boue avec ses copains. On l’a donc mis naturellement à l’école de rugby de Nîmes, où j’étais alors stationné », précise Pierre Chavancy. Mais c’est à Djibouti, où le général commande la 13e demi-brigade de légion étrangère, que l’adolescent va s’endurcir ballon en mains. « Il n’y avait pas de garçon de son âge pour jouer au rugby, explique son papa.

Il devait se frotter aux adultes sur un terrain en sable concassé. Ça forge le caractère », martèle le général Chavancy. « On jouait entre nous, mais on affrontait aussi les Marines américains ou les équipages des bateaux qui débarquaient, se souvient Henry. Il fallait être vaillant ! C’est une formation rugbystique atypique, mais que je ne renie pas. Elle m’a apporté beaucoup sur le plan physique et m’a servi pour atteindre le haut niveau, même si cela me coûte aujourd’hui quelques lacunes techniques que j’essaie de gommer. » Avec une telle formation et sa filiation, est-il utile de préciser que ses qualités premières sont la discipline et la défense ? « J’adore plaquer et défendre. J’aime aussi la solidarité et le sens des responsabilités qui se dégagent d’une ligne de front défensive, où chaque coéquipier a un rôle important à jouer. On s’entre-aide pour ne rien lâcher », explique Henry.

« Abnégation, sens du sacrifice, combat. Même s’il faut en relativiser leur portée, ce sont des mots qu’on utilise aussi bien dans l’armée que dans le rugby, un sport stratégique par excellence », souligne le général Chavancy, avant d’ajouter: « Comme chez nous, (sic) le vainqueur est souvent le plus intelligent et le plus lucide dans les moments clés. » Ce soir, en revanche, il espère un résultat nul entre le Racing, où joue son fils, et le LOU, dont il est devenu un fervent supporter. « Dans la famille, on ne prend pas partie. Mon épouse, Florence, arborera une écharpe « ciel et blanc » autour du cou et moi j’aurai l’écharpe « rouge et noir » du LOU autour du cou », glisse-t-il en souriant.

Yves Billet

Un besoin de France

Posté le lundi 19 janvier 2015

Par le Général(2S) Gilbert ROBINET, Secrétaire général de l’ASAF.

Dès le soir de la mémorable journée du dimanche 11 janvier 2015, j’ai cherché une formule, la plus lapidaire possible, capable de résumer le sentiment que j’avais ressenti l’après-midi même, alors que je me trouvais au milieu de deux millions de mes concitoyens au cœur de Paris.

Je savais bien que le « Je suis Charlie » n’était qu’un slogan, un énième avatar du « Ich bin ein Berliner » prononcé, à Berlin, par J.F. Kennedy, le 26 juin 1963, ou encore du « Nous sommes tous des Juifs allemands » scandé sur les barricades de mai 1968, à Paris, par solidarité envers Cohen-Bendit expulsé de France, le 21 du même mois. En outre, j’avais vu, tout autour de moi, des pancartes affirmant « Je suis juif » ou encore « Je suis flic ». Bref, il s’agissait, selon moi, d’autre chose de plus englobant et qui surpassait chacune de ces affirmations catégorielles. Pour ma part, si j’avais brandi une pancarte, on y aurait lu « Je suis français » et je ressentais confusément que c’était dans cette voie là que je devais chercher.

Et puis, deux jours plus tard, le miracle s’est accompli. Au milieu de la gangue constituée par la logorrhée qui se déversait sur les ondes et que rien ne semblait pouvoir endiguer, j’ai découvert la pépite dans la bouche d’Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du quotidien Le Figaro, lorsqu’il a dit : « Moi, ce que j’ai ressenti, c’est un besoin de France ». Merci, monsieur Thréard d’avoir donné la juste réponse à la question qui me taraudait l’esprit.

En effet, pourquoi les Français étaient-ils venus si nombreux envahir de leurs masses compactes les principales artères de l’est parisien et de nombreuses villes de Province ? Lorsque, en 2012, l’assassin Mohamed Merah frappa deux « cibles » identiques à celles concernées par cette « marche républicaine », à savoir des personnes de confession juive, déjà, et des militaires, c'est-à-dire l’équivalent des policiers tués à Paris, car, comme eux, représentant les fonctions régaliennes de l’Etat, nul rassemblement de ce type n’avait été constaté. Les policiers qui avaient abattu le forcené, à Toulouse, dans les mêmes conditions que leur collègues à Dammartin ou Porte de Vincennes (où certains d’entre eux se trouvaient peut-être une nouvelle fois) n’avaient pas entraîné ces vagues d’ovations adressées à la police tout entière entendues à Paris et en Province en 2015.

Qu’y avait-il donc en plus ? Il y avait, outre la multiplicité des auteurs des crimes commis, trois au lieu d’un, une nouvelle cible : un journal. Qu’importe d’ailleurs la nature de ce journal qui, ne nous y trompons pas, sous ses aspects anarcho-satiriques, est éminemment politique dès lors qu’il affiche des positions on ne peut plus tranchées sur différents aspects de la vie de la cité. Cette cité, les barbares en ont franchi les remparts pour s’attaquer à la liberté de la presse qui, en France, n’est pas dissociable de la liberté tout court. Les Français ont alors compris que leur pays était attaqué au cœur. Ils se sont soulevés pour affirmer leur volonté de faire barrage à l’ennemi en même temps qu’ils ont lancé un appel à leurs gouvernants : « Nous savons maintenant que nous sommes en guerre. Dites-nous très exactement qui est notre ennemi et donnez-nous les moyens de le combattre et de le vaincre ».

Monsieur le président de la République, vous qui vous obstinez à ne pas qualifier d’islamistes ceux que vous vous contentez de nommer terroristes, ce à quoi vous avez assisté, ce dimanche 11 janvier, c’est à une insurrection. Au cœur des quatre millions de citoyens qui ont marché, ce jour là, dans toute la France, accompagnés de beaucoup de drapeaux tricolores, ont jailli spontanément des Marseillaise entonnées majoritairement par de jeunes poitrines. Ces citoyens ont, comme en 1792, décrété la patrie en danger. Ils exigent que l’on ne se cache plus derrière les mots (ou l’absence de mots) et comprennent que l’on ne peut plus, pour assurer notre sécurité, se reposer sur les seuls juges.

Imaginerait-on un chef militaire commander à ses hommes « A l’assaut ! » sans leur avoir préalablement désigné leur ennemi ? Or, si d’aucuns s’interrogeaient encore sur le bien-fondé de la présence de nos soldats au Sahel ou en Irak, ils connaissent aujourd’hui la réponse. Depuis les attentats du RER, à Paris, en 1995, soit depuis 20 ans, notre pays est régulièrement attaqué. C’est donc en situation de légitime défense que nous luttons contre notre ennemi en deux échelons, comme disent les militaires, c'est-à-dire à l’avant, pour l’éradiquer dans ses sanctuaires africains ou moyen-orientaux et, maintenant, en deuxième ligne, sur le territoire national. C’est le même combat et c’est d’ailleurs pratiquement le même effectif qui est engagé sur chacun de ces deux fronts alors même que l’on n’a pas cessé, depuis huit ans maintenant, de réduire le format des armées devenu aujourd’hui notoirement insuffisant.

Une semaine après les événements tragiques survenus chez-nous, nos amis belges et allemands intervenaient en urgence pour enrayer des attentas imminents. En Belgique, des ennemis, les mêmes que les nôtres, ceux qui ont déclaré la guerre à l’Occident tout entier, luttaient les armes à la main contre les forces de police jusqu’au sacrifice de leur vie qui, pour eux, n’a pas plus d’importance que celle de leurs victimes. Il reste donc à espérer désormais que nos voisins européens deviennent de véritables alliés et s’engagent à nos côtés sur les théâtres extérieurs pour un combat commun. Le temps presse. Ceux qui partent aujourd’hui en Syrie ou ailleurs pour y faire le djihad ne sont pas tous les fruits de la misère sociale comme on veut nous le faire croire. Des ingénieurs, des avocats rejoignent les sanctuaires djihadistes pour s’y « former » puis reviennent dans leur pays d’origine afin d’endoctriner les plus jeunes. A ce rythme, ce n’est pas dans 200 écoles que des enfants de douze ans trouveront normal, demain, que des caricaturistes de Mahomet soient assassinés, mais il sera peut-être difficile de trouver 200 écoles où de tels propos ne seront pas tenus.

Ecoutons la voix d’un homme que l’on ne peut accuser d’être un boutefeu ou un va-t-en guerre. Il s’agit de monseigneur Luc Ravel, évêque aux armées, qui, à propos des attentats, s’est exprimé ainsi, dans une homélie, à Saint-Louis des Invalides : « Derrière les différences de lieux et de cibles, les tueurs se réclament du même label. Il s’agit du même combat. Rien ne nous empêche de nommer ce combat : c’est une guerre (…). Cette guerre cherche à s’emparer d’un peuple tout entier par la force et par la peur (…). C’est bien la nation qu’on cherche à détruire ».

Les Français ont besoin de retrouver leur pays qu’ils sentaient, depuis de trop longues années, partir à la dérive comme un navire désemparé. Ils ont confiance en leur police et en leur armée car ils savent qu’on y trouve des hommes et des femmes prêts à sacrifier leur vie pour assurer leur sécurité. Ils n’ont pas peur des terroristes, mais ils ont peur de la faiblesse de leurs gouvernants. Le 11 janvier 2015, le peuple français s’est montré grand. Il s’est repris à espérer et sa déception serait terrible.

Gilbert ROBINET

450 légionnaires du 2e REP au Sahel

Ainsi va le monde !

samedi 31 janvier 2015

Ils seront engagés, pour quatre mois, au Tchad, au Niger et au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane. Leur déploiement est en cours. Une compagnie va également être envoyée aux Émirats arabes unis, dans le cadre des accords de défense de la France, annonce le site du régiment. En janvier 2013, ces parachutistes de la Légion avaient sauté sur Tombouctou (Mali).

1REC Vigipirate


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4269
mod_vvisit_counterHier4108
mod_vvisit_counterCette semaine8377
mod_vvisit_counterSemaine dernière49099
mod_vvisit_counterCe mois186693
mod_vvisit_counterMois dernier253753
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099780650

Qui est en ligne ?

Nous avons 1602 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13605
Affiche le nombre de clics des articles : 20544029
You are here AALEME LES NEWSLETTERS DE L'AALEME 2015 La Newsletter 15/04 de l'AALEME