AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La mort du lieutenant TISSOT

Envoyer

Le Progrès de Bel-Abbès du 30/06/1900

 

En même temps qu'on apprenait le terrible malheur qui venait d'atteindre les colons de Bedeau et de cette région, une nouvelle bien plus pénible, incertaine d'abord, mais hélas confirmée presqu'aussitôt parvenait à Bel-Abbès:M. le lieutenant TISSOT, du 1er Étranger, venait de perdre la vie dans les circonstances suivantes.

Une forte crue de la Mékerra s'était produite ces jours derniers à Bedeau et avait fait quelques dégâts. Afin de se rendre compte de leur importance, le lieutenant Tissot qui commandait le détachement de la Légion à Bedeau, s'était rendu à cheval, sur les lieux, en compagnie de M. le Médecin-major Légouz.

Précisément en ce moment arrivait une secondé crue d'eau beaucoup plus forte que la précédente, et, avant que les deux officiers aient eu le temps de traverser le pont, ils étaient entraînés par le courant. Le médecin-major était retire de l'eau à grand peine, quand au lieutenant Tissot, son corps n'était retrouvé que le lendemain matin, à cinq kilomètres du lieu de l'accident, près de la ferme Bernard.

La nouvelle de ce triste accident a produit une pénible impression à Bel-Abbès, où le lieutenant Tissot et sa famille jouissent de l'estime générale.

Le corps a été ramené à Bel-Abbès.

Les obsèques auront lieu ce soir.

Voici quels étaient les états de service du lieutenant Tissot :


Né à Paris en 1865, M. le lieutenant Tissot entrait dans l'armée le 25 février 1884 en qualité d'engagé volontaire.

Caporal le 25 Août 1884, sergent-fourrier le  4 mars 1885, sergent-major le 26 Avril 1886. le regretté lieutenant entrait à l'école militaire de Si-Maixent le 17 avril 1888. Sous-lieutenant le 18 mars 1889, lieutenant le 1er novembre 1891, M. Tissot partait au Tonkin en 1893, où il séjournait jusqu'en 1895.

De retour en Algérie, il demeurait parmi nous jusqu'en 1897. La même année, les exigences du service l'appelaient de nouveau au Tonkin.

Il était rentré à Bel-Abbès, depuis un mois environ.

M. le lieutenant Tissot était décoré de la médaille du Tonkin, chevalier de l'Ordre Impérial du Dragon de l'Annam, proposé pour la Croix de la Légion d'Honneur et pour l'avancement.

Le défunt laisse une jeune femme et un bébé de cinq ou six jours seulement

Nous prions les familles Tissot, Roidot et Yerlès, si cruellement éprouvées, par ce deuil, ainsi que MM. Les officiers de la garnison, de bien vouloir agréer l'expression de nos plus sincères condoléances.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5183
mod_vvisit_counterHier8635
mod_vvisit_counterCette semaine25080
mod_vvisit_counterSemaine dernière58160
mod_vvisit_counterCe mois66906
mod_vvisit_counterMois dernier222465
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099407106

Qui est en ligne ?

Nous avons 1581 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13590
Affiche le nombre de clics des articles : 19979325
You are here PRESSE XX° 1933 - 1900 1900 La mort du lieutenant TISSOT