AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Lettre de Madagascar

Envoyer

Le Progrès de Bel-Abbès du 22/08/1900

 

Le 19 Juin 1900.

MONSIEUR LE DIRECTEUR,

 

Malgré les entraves apportées par nos conservateurs, le, bataillon du 1er Étranger qui, depuis le mois de décembre dernier devait être dirige sur Diégo-Suarez; est enfin arrivé à destination. Cela ne tut pas sans peine, car si jamais un bataillon fût berné, ce fut bien celui-là. Si encore les motifs invoqués pour justifier les retards apportés dans l'envoi immédiat du dit bataillon étaient reconnus fondés, il n'y aurait qu'à louer l'Autorité de ses prévenances, mais il n'en est rien, car nos braves militaires ont pu constater à leur arrivée à Diégo-Suarez et dans les postes limitrophes, que les charmants baraquements que l'on avait (soi disant) préparés, n'étaient en partie qu'ébauchés dans les bureaux du "Génie constructeur ". Les tonnes de matériaux destinées à la construction de ces "cases étaient en partie sur les quais, voir même non débarquées. Voilà où en étaient les travaux lors dé l'arrivée du bataillon à Madagascar.


Aux désillusions produites par ces constatations amères,. avait précédé : un contretemps non moins fâcheux, le fameux séjour au Camp du Ravin Blanc à Oran, où arrivé le 22 mars avec l'idée bien arrêtée d'embarquer le 25 du dit, il reçut quelques heures avant le moment fixé pour le départ, l'ordre de surseoir à tout mouvement.

Ce fût une décëption générale qui ne laissait entrevoir à nos troupiers que la probabilité d'être dirigés sur Tigli; voyage qui n'était pas du tout en harmonie avec les projets élaborés jusque-là, par. la majeure partie des postulants pour la grande île africaine. Enfin, le 1er avril (jour choisi sans doute), le commandement résolut de leur faire continuer leur routé, et le 20 dû même mois après une traversée aussi belle que rapide, ils arrivaient devant Diégo-Suarez; Le même jour deux- compagnies débarquaient à Anfsirane et prenaient possession des casernements mis à leur disposition. Le lendemain 21, les deuxautres compagnies débarquaient à leur tour et rejoignaient leurs postes respectifs, la 15e compagnie, au Sakaramy, poste intermédiaire entre Antsirane et là Montagne d'Ambre, la 16e compagnie allait s'installer à Oranjéa, poste situé au nord de l'île et qui commande la -passe.de la baie dé Diégo-Suarez. Le 25 mai, cette dernière compagnie quittait ce poste pour rallier Antsirane où elle restait jusqu'au 12ijùin.

Nous croyons devoir entretenir un instant nos lecteurs du genre d'exercice que faisait nos légionnaires à leur arrivée dans la Colonie et cela dans Je but de les acclimater sans doute.

Aussitôt arrivés, lès légionnaires durent se transformer:

1° en conducteurs de plates formes Decauville, système de locomotion en usage à Madagascar pour le transport des matériaux dans les différents chantiers où l'on construit des baraquements, (la mise en mouvement de ces voitures se fait à l'aide de mulets);

2° en serres-freins, auxiliaires indispensables au bon fonctionnement des voitures ci-dessus précitées;

3° en hommes de peine de toutes catégories;

4° en charpentiers, charrons, mécaniciens, ajusteurs, dessinateurs, secrétaire, etc.

-Le travail commençait à 5h. 1/2 du matin et se terminait ver 9h. 1/2 ou 10 heures, le soir de 2h. 1/2 à 5h. 1/2 ou 6 heures. Bon nombre d'hommes étaient assujettis à travailler dans l'eau jusqu'aux aisselles pendant toute la durée du travail.

C'est à ce moment seulement.que les constructions entrèrent dans la période active ; la Légion fournissait en moyenne 300 travailleurs par jour pendant le premier mois qui suivit notre arrivée. Aussi,, il y a aujourd'hui à Antsirane : environ 12 cases, pouvant loger 70 hommes chacune, qui sont complètement terminées, à cela ajoutez tout le matériel nécessaire au montage de 36 cases qui doivent être construites au camp de la montagne d'ambre, cela vous donnera une. idée du travail exécuté en majeure partie par nos mauvaises têtes.

Le 2e Étranger venant d'arriver (arrivé le 5 juin par le « Britania » ) va également prendre part à ce genre d'exercice et soulagera un peu ses camarades du 1er qui ne demandent qu'à être aidés.

Par suite de la nouvelle organisation de ces 2 bataillons, en un seul Régiment, le bataillon du 1er Étranger prend le titre suivant : Régiment de marche de la Légion étrangère; le bataillon du 1er Régiment devient 1er bataillon et celui du 2e Étranger, 2e bataillon.

Les Compagnies du 1er bataillon sont numérotées de 1 à 4 et celles du 2e bataillon, de 5 à 8 inclus.

Dé ce fait nous avons : 1re compagnie, capitaine Bourdieu ; 2e compagnie, capitaine Guilleminot ; 3e compagnie, capitaine Sotmon ; 4- compagnie, capitaine Canton.

Depuis le 13 juin une fraction de la 4e compagnie occupe.le posté de Mahatsinjoafivo, une autre fraction est actuellement au Sakaramy.et une 3e fraction est encore à Antsirane. On compte que vers la fin du mois.elles se rendront au camp de la montagne d'ambre où M. le Lieutenant-Colonel Cussac est installé depuis bientôt 15 jours.

Avec les troupes qui doivent incessamment se rendre à Diégo-Suarez, cela portera les effectifs dé la garnison à 5000 hommes de troupe. Il faut cela pour donner un peu d'importance à Diego, car c'est réellement une toute petite ville qui ne compte guère que des militaires et des fonctionnaires.

Peut-être que le nombre assez important de troupes qui s'y trouveront réunies d'ici un mois amènera le commerce qui manque totalement, à cette ville.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui3038
mod_vvisit_counterHier4721
mod_vvisit_counterCette semaine13491
mod_vvisit_counterSemaine dernière37502
mod_vvisit_counterCe mois174564
mod_vvisit_counterMois dernier216929
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099092971

Qui est en ligne ?

Nous avons 868 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13546
Affiche le nombre de clics des articles : 19304762
You are here PRESSE XX° 1933 - 1900 1900 Lettre de Madagascar