AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le père Alexis (Dumond), aumônier orthodoxe de la Légion Etrangère

Envoyer

aa

 

Le site «Pravoslavie.ru» publie le 14 août un entretien de Svetlana Boukharina avec le hiéromoine Alexis (Dumond), diocèse de Chersonèse, patriarcat de Moscou.

Le père Alexis, bilingue franco-russe, a été il y a trois ans accrédité par le Ministère de la défense en tant qu’aumônier orthodoxe de la Légion Étrangère. Cette formation est apparue dans l’armée française en 1831 à l’époque de la colonisation de l’Algérie.

Il serait simplifiant de considérer les étrangers et les Français qui s’engagent dans ces régiments d’élite comme des mercenaires. Ce sont des volontaires, ils sont actifs dans toutes les opérations du maintien de la paix conduites par l’ONU et l’OTAN, ils sont à la défense des faibles et des démunis. La solde qu’ils perçoivent est modeste, mais à la fin de leur engagement les légionnaires sont naturalisés français.

Des représentants de 138 ethnies servent dans ces unités. Les orthodoxes, russes, ukrainiens, biélorusses, roumains, bulgares, serbes, géorgiens, abkhazes, ossètes, grecs constituaient en 2003 plus de 40% du contingent.

Il n’existait pas d’aumônier orthodoxe jusqu’en 2006.

Les légionnaires musulmans, d’ailleurs peu nombreux, lancèrent à l’époque « une mutinerie » en vue d’obtenir un imam en charge de leur vie religieuse. Dans la foulée il fut décidé de nommer un prêtre orthodoxe. L’Assemblée des évêques orthodoxes de France (AEOF- organe consultatif) choisit le père Alexis (Dumond) parmi d’autres candidats car la chose militaire ne lui était pas étrangère.

Les ouailles du père Alexis ont souvent éprouvés de grandes souffrances spirituelles, sont meurtris, ont connu de près la mort et les souffrances. Il leur arrive de perdre la foi et c’est auprès de ceux là que le père Alexis est le plus présent.

Les recrues venues des pays de l’Est ne parlent pas français, elles ont un passé douloureux. Leur besoin de se confier à un prêtre est très grand. Depuis sont affectation le père Alexis à procédé à douze baptêmes d’adultes, onze enfants de familles légionnaires ont été baptisés. De nombreux légionnaires orthodoxes fréquentent l’église.

Mais il n’existe pas à Marseille de paroisse relevant du patriarcat de Moscou. Aussi ils vont prier dans des églises grecques, d’autres communautés qui ne sont pas parfois tout à fait canoniques)… Le père Dumond espère que le commandement de la Légion portera de 30 à 120 jours sa disponibilité dans la Légion, lui attribuera des facilités de transport, une rémunération correcte, toute chose dont disposent ses collègues aumôniers catholiques…

Le père Alexis espère que les effectifs des prêtres orthodoxes de la Légion seront renforcés, qu’un Conseil de liaison avec les patriarcats orthodoxes sera mis en place, que la solde des prêtres militaires sera améliorée. L’essentiel est d’établir une présence dans l’ensemble des unités des Forces Armées françaises où des orthodoxes, ou des personnes de tradition orthodoxe, sont présentes.

Rédigé par Nikita Krivochéine le 15 Août 2009

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4612
mod_vvisit_counterHier5732
mod_vvisit_counterCette semaine10344
mod_vvisit_counterSemaine dernière37502
mod_vvisit_counterCe mois171417
mod_vvisit_counterMois dernier216929
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099089824

Qui est en ligne ?

Nous avons 993 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13546
Affiche le nombre de clics des articles : 19295783
You are here PRESSE XXI° 2009 Le père Alexis (Dumond), aumônier orthodoxe de la Légion Etrangère