AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Le feu à Marseille ne serait pas imputable au militaire

Envoyer

Par Reuters, publié le 16/10/2009

D'après un rapport d'expertise de la gendarmerie, le feu qui a ravagé 1200 hectares de végétation dans l'arrière pays marseillais cet été, n'aurait pas été déclenché par une balle traçante, lors d'un exercice de tir dirigé par ce légionnaire.

Le feu à Marseille  ne serait pas imputable au militaire

REUTERS/Philippe Laurenson

Un rapport d'expertise de la gendarmerie sur le feu qui a détruit en juillet dernier 1.200 hectares de végétation aux portes de Marseille innocenterait le militaire soupçonné d'être à l'origine du sinistre.

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, a toutefois souligné qu'indépendamment de l'enquête judiciaire, le militaire avait commis une erreur en faisant usage de balles traçantes par forte chaleur, ce qui est formellement interdit.

Selon La Provence, qui s'est procuré ce "pré-rapport", les experts de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) affirment que ce ne sont pas les balles traçantes au phosphore tirées dans le cadre de l'exercice dirigé par l'adjudant Philippe Fontaine qui ont provoqué l'incendie.

Les fragments de balles retrouvés sur les lieux du départ de feu ne correspondent pas à ceux des munitions utilisées par la section dirigée par le sous-officier.

"Nous pouvons conclure que ces fragments métalliques ne proviennent pas d'une chemise de balle traçante de 5,56 mm NATO modèle F5 du lot 17-RG-02", écrivent les experts.

Le quotidien précise que l'armée de terre a indiqué ne pas avoir eu connaissance de ce pré-rapport.

"Sous réserve d'investigations complémentaires qui viendraient contredire cette expertise, je vois difficilement comment on peut continuer à poursuivre Philippe Fontaine", a dit pour sa part l'avocate du militaire, Me Michèle Naudin.

Désigné comme "seul responsable" par sa hiérarchie militaire, le légionnaire a été mis en examen et suspendu de ses fonctions pour avoir utilisé le 22 juillet des balles traçantes pour l'exercice, ce qui est interdit dans le sud de la France.

"UNE DÉSOBÉISSANCE"

La juge d'instruction Laëtitia Ugolini a retenu six chefs de mise en examen contre le sous-officier du 1er régiment étranger d'Aubagne, dont ceux de "destruction involontaire par incendie par violation d'une obligation de sécurité", "destruction et dégradation involontaire du bien d'autrui", "blessures involontaires" et "violation de consignes" - des délits passibles d'une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement.

L'adjudant de 43 ans est accusé d'avoir dirigé l'exercice de tir d'une section de sept légionnaires avec des balles traçantes dans le camp militaire de Carpiagne.

Deux jours durant, les 22 et 23 juillet, l'incendie a parcouru 1.200 hectares, détruit une villa, cinq cabanons et une ancienne bergerie dans l'est de Marseille et mobilisé quelque 500 pompiers.

Interrogé par la presse sur cette affaire, le ministre de la Défense, Hervé Morin, s'est défendu de tout "acharnement" contre le militaire, qui a commis selon lui une faute avérée.

"Dans cette affaire il y a eu clairement une erreur, une désobéissance", a-t-il déclaré à La Réunion, où il est en déplacement.

Le ministre a rappelé que le soldat n'avait pas respecté l'interdiction de faire usage de balles traçantes dans les périodes où il y a des risques d'incendies.

"Il s'agit pour nous d'un enjeu important, ça n'est pas le premier incendie que nous avons eu sur des camps militaires. On connaît la sensibilité de l'opinion publique sur ce sujet", a-t-il rappelé.

Hervé Morin a souhaité que l'instruction judiciaire "suive son cours".

L'affaire a suscité l'émotion sur l'île de La Réunion, dont est originaire le militaire incriminé à Marseille.

"L'homme en question, c'est un militaire, il n'est ni Réunionnais, ni Normand, ni Breton", a dit Hervé Morin.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1974
mod_vvisit_counterHier4721
mod_vvisit_counterCette semaine12427
mod_vvisit_counterSemaine dernière37502
mod_vvisit_counterCe mois173500
mod_vvisit_counterMois dernier216929
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099091907

Qui est en ligne ?

Nous avons 917 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13546
Affiche le nombre de clics des articles : 19302046
You are here PRESSE XXI° 2009 Le feu à Marseille ne serait pas imputable au militaire