AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

L'hommage aux frères d'armes

Envoyer

Le 10 mars

Mathis, 9 ans, apprenti porte-drapeau. PHOTO/Photo Thierry Grillet

Hier matin à Saint-Jean-Laseille, près de 200 personnes ont assisté à l'hommage rendu aux militaires perpignanais Rodolphe Penon et Patrice Rebout, tués en Afghanistan et en Somalie.

Dans la forêt de drapeaux fièrement dressés, pointe luisante dans le ciel bleu de ce samedi matin, un nouvel étendard s'est frayé un chemin. Porté à bout de bras, de toute la force de ses 9 ans, par un petit Mathis aussi stoïque que ses aînés, conscient de la tâche qui sera désormais la sienne.

Porter le drapeau aux lettres brodées, c'est rappeler, sans cesse, le sacrifice de ceux qui ne sont plus. C'est se battre contre l'oubli, "parce que l'oubli les tuerait une deuxième fois", comme l'a rappelé le colonel Antoine Guerrero, délégué général du Souvenir français dans le département.

Porter le drapeau, c'est entrer dans une grande famille. La famille de ces soldats qui, encore aujourd'hui, payent de leur vie pour la défense des autres. C'est ne pas hésiter à parcourir des centaines de kilomètres à l'appel fraternel de Josy Manson, la présidente locale du Souvenir français qui ne pouvait se résigner à "ne rien faire pour les soldats qui donnent leur vie, loin de leurs proches, loin de chez eux".

Comme l'ont fait Manuel Delbas et les bikers des Bérets Verts Brotherhood, venus fleurir la plaque en hommage à Rodolphe Penon, le légionnaire perpignanais, tombé en Afghanistan en 2008, en l'honneur de qui ils portent désormais l'insigne du REP au revers de leurs blousons. C'est chérir la mémoire de Patrice Rebout, le parachutiste du CPIS de Perpignan, tué en Somalie en janvier dernier en allant libérer un frère d'armes. C'est pleurer lorsque pleurent les proches de Patrice et Rodolphe, vibrer lorsque la prière du parachutiste résonne dans le cimetière de Saint-Jean-Lasseille, et c'est ne jamais oublier, tout au long du chemin, ceux qui sont restés derrière.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4636
mod_vvisit_counterHier3667
mod_vvisit_counterCette semaine4636
mod_vvisit_counterSemaine dernière48649
mod_vvisit_counterCe mois128207
mod_vvisit_counterMois dernier216929
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099046614

Qui est en ligne ?

Nous avons 1619 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13546
Affiche le nombre de clics des articles : 19212325
You are here PRESSE XXI° 2013 L'hommage aux frères d'armes