AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2013


A Francia Idegenlégió kötelékében – Ezer légiósból közel száz magyar

Envoyer


2013.11.30

Feiffer László 1980. június 17-én született Marosvásárhelyen. Három év faipari szakiskola elvégzése után estiben érettségizett, majd asztalosként dolgozott. 2000-2001-ben Bukarestben tel- jesített katonai szolgálatot a csendőrség egy speciális alakula- tánál. 2002-ben jelentkezett a Francia Idegenlégióhoz, ahonnan öt év elteltével szerelt le.

– Mit kell tudni a Francia Idegenlégióról?
– A Francia Idegenlégió megszervezését Lajos Fülöp király rendelte el 1831-ben, a Franciaország szolgálatában álló külföldi ezredek utódaként. 17–40 év közötti személyek jelentkezhettek, nemzetiségre, fajra, vallásra való tekintet nélkül. Egyetlen kikötés az, hogy az önkéntes katona az Idegenlégió becsületkódexe szerint szolgálja Franciaországot. Régebb arról volt híres, hogy büntetett előéletűeknek is esélyt biztosított egy új élet kezdésére, így sokan menekültek ide a törvény keze elől, de manapság ez sokat változott. Ma, akiről kiderül, hogy bűncselekményt követett el, nem veszik fel a soraikba, ha később derül erre fény, kizárják. A Francia Idegenlégió tehát egy hagyományokra épülő, elismert, elit katonaság. A légiósok mindig az élvonalban harcoltak, manapság is a legveszélyesebb helyeken teljesítenek szolgálatot. Az állam így védi, kíméli a francia nemzetiségű katonáit. Az idegenlégiós csak egy szám, én például a 194 468-as voltam.

„Sok Rejtő Jenő könyvet olvastam”

– Hogyan kerül egy marosvásárhelyi magyar fiatalember a Francia Idegenlégióba?
– Gyerekkoromban, zsenge ifjúkoromban sok Rejtő Jenő könyvet olvastam, ezek nagyon megfogtak. Érdekelt, vonzott a katonaélet, hajtott a kalandvágy. Volt egy vásárhelyi ismerősöm, aki szolgált a Francia Idegenlégióban, 1994-ben vonult be, 1997-ben hazajött szabadságra. Ekkor találkoztam vele, sokat beszélgettünk, érdekes képeket mutatott nekem bevetésekről, katonákról, távoli országokról. Igaz, akkor még csak 17 éves voltam, de elhatároztam megpróbálom én is. Végül aztán 2002-ben utánanéztem a toborzóirodáknak, és írtam egy angol nyelvű levelet. Francia nyelven válaszoltak, értesítettek, hogy fogadnak, de kikötötték, hogy semmilyen segítséget nem nyújtanak a kijutásomhoz. Így aztán saját költségemen mentem Franciaországba, Strasbourgba, ahol jelentkeztem.

„Emberpróbálóak a kiképzések”

– Milyen kiképzést kaptatok? Mennyi időt tartott? Nehéz volt-e?
– 2002. szeptember 5-én érkeztem Strasbourgba, innen Aubagneba küldtek, ahol kemény teszteknek vetettek alá. Az orvosi, pszichológiai és fizikai erőnléti tesztek kizáró jellegűek, tíz jelentkezőből egyet találnak alkalmasnak a továbbjutásra. Itt aztán kiválasztottak, beöltöztettek, beosztottak egy újonnan alakított szakaszba, és leküldtek Castelnaudaryba kiképzésre. Négy hónapig tartott az általános katonai alapkiképzés, amely több mindent foglalt magába. Megtanultunk gyalogsági, hegyi, utász, életmentő ismereteket, és sorolhatnám, hogy még mi mindent. Nagyon nehéz volt a kiképzés, nagy a fizikai igénybevétel, lehajtanak, kifacsarnak, mint egy citromot. Sokan kirostálódtak, sokan meg is szöktek. A Francia Idegenlégió létszáma manapság 7 600 fő körül van, évente 1 000 embert vesznek fel a több tízezer jelentkezőből. Szigorúak a feltételek, emberpróbálóak a kiképzések. A négy hónap felkészítést követően még hat hónapig fel lehet mondani, ezután következik a szerződés aláírása, ami után már nem lehet kilépni öt évig a kötelékből.

– Hány bevetésen vettél részt? Voltál-e életveszélyben, illetve szenvedtél-e sebesülést?
– Öt év katonai szolgálat alatt öt bevetésen vettem részt Afganisztánban és négyszer afrikai államban. Az életveszélyről meg azt mondhatom, hogy a légióban minden nap veszélyben van az ember élete, főleg a bevetéseken. Komolyabb sebesülésem nem volt, enyhébbeket szereztem a kiképzések és a hadműveletek során.

– Találkoztál-e magyar, székely légiósokkal?
– Igen. A légióban több mint 120 féle nemzetiségű katona szolgál, nagyon sok a magyar, beleértve a székelyeket is. Főleg Gyergyóból és környékéről érkeznek katonák. Azt mondhatom, hogy hozzávetőleg 1000 légiósból 75-80 magyar, székely.

„Megéri. Sokat tanultam az életről”

– Megéri-e zsoldos katonának szegődni?
– Ha az anyagi vonzatára gondolunk, akkor azt mondhatom, hogy egyénfüggő. Ha ügyes vagy és spórolsz, szép pénzt lehet keresni, hazahozni. De aki italra, drogra, kártyára, nőkre, játékgépekre költi, annak nem sok marad. Az idegenlégiós katonának évente 45 nap szabadsága van, ilyenkor aztán bőven van idő elkölteni a megszerzett pénzt. Van még egy másik nehézsége is a dolognak: a honvágy. Én nem mondhatom, hogy nagyon gyötört, de minden nap gondoltam az itthoniakra, hiányzott a szülőföldem. Itt nálunk, itthon – bár már nagyon sok az amerikai, nyugat-európai beütés – még mindig tisztább, erkölcsösebb az élet, mint a világ sok más pontján. De végül is, ha belegondolok, megéri. Abból a szempontból is, hogy kipróbálhatja magát az ember, mire képes, eleget tud-e tenni a kihívásoknak. Ezen kívül nagyon sokat tanul az életről, a harcászatról, rengeteg tapasztalatot szerez, öt év elteltével más szemmel látja a világot. Más körülmények között talán nem juthatna el olyan országokba, olyan helyekre, ahova a Francia Idegenlégió által elkerül. Nem utolsó sorban még meg kell említeni azt, hogy a kiszolgált légiós franciaországi letelepedési igazolványt igényelhet, ha szüksége van rá.

– Kaptál-e rangfokozatot, és mit jelent az, hogy most tartalékos vagy? Bármikor visszahívhatnak?
– A Francia Idegenlégióból tizedesi ranggal szereltem le, azaz léptem tartalékos állományba. Öt év alatt itt nem lehet ennél nagyobb rangot elérni. Vissza nem hívnak, ha önként jelentkezem, akkor fogadnak. Az első öt éves szerződés után a légiós folytathatja szolgálatát hat hónapos vagy 1-2-3 éves szerződésekkel, akár 15 évig is.

– Hogyan sikerült visszailleszkedni a civil életbe? Mivel foglalkozol most?
– Az elején nagyon nehéz volt, jó fél év kellett ahhoz, hogy visszarázódjam az itthoni életbe. Viszont ma családom, munkahelyem van. Egy őrző-védő cégnél dolgozom, de önvédelmi magánórákat adok: Krav-Maga izraeli önvédelmet tanítok civileknek.

 

 

Nemes Gyula

Tout schuss dans les stations des Neiges Catalanes

Envoyer

Le 30 novembre par Frédérique Berlic

 

De la neige de cinéma attend les centaines de skieurs et surfeurs qui seront sur les pistes les mieux enneigées depuis des années à pareille saison.
De la neige de cinéma attend les centaines de skieurs et surfeurs qui seront sur les pistes les mieux enneigées depuis des années à pareille saison. PHOTO/Photo F. B.

A l'exception de l'Espace Cambre d'Aze, toutes les stations seront ouvertes aujourd'hui. L'enneigement exceptionnel est plutôt rare en cette saison et de la neige est encore attendue ce samedi. Mis à part l'Espace Cambre d'Aze qui démarre jeudi, les stations des Neiges catalanes seront ouvertes aujourd'hui dès 9 h Etat des lieux.

La station de Porté-Puymorens, qui a ouvert vendredi dernier, propose 100 % de son domaine. L'enneigement est important avec près d'1,60 m en haut des pistes et 70 cm en front de neige. La clientèle sera au rendez-vous d'autant que le col du Puymorens est enfin ouvert. Alors, qui sera le premier à inaugurer le téléski le Grand Fontfrède mis en place cet été ?

Aux Angles, avec de 1,80 mètre en haut du domaine et 1,20 m en bas des pistes, ce n'est que du bonheur dans la station capcinoise qui a ouvert son domaine il y a déjà une semaine. Les plus aguerris pourront découvrir le nouveau secteur Costa Verde. 100 % du domaine est ouvert.

A la Quillane, c'est aussi de la neige à profusion. Les conditions sont magnifiques avec 70 cm en bas de station et plus d'un mètre en haut. De quoi encourager les débutants à faire leurs premières descentes dans la station.

Font-Romeu-Pyrénées 2 000 ouvre aussi 100 % de son domaine. La glisse sera des plus confortables car aux chutes de neige naturelles s'est rajoutée une production de neige de culture en masse. Les températures froides et l'hygrométrie ont permis une production de grande qualité.

Formiguères dont la station ouvrira 100 % de son domaine skiable, n'a jamais aussi bien porté son surnom de "Petit Canada". Tous les amateurs de glisse y retrouveront leur compte avec 1 mètre de neige damée en bas des pistes et plus d'un 1,90 cm sur le haut de la station.

A Puyvalador, là aussi c'est du 100 %. La station capcinoise a enregistré des chutes phénoménales puisqu'il y a déjà 2 mètres en haut du domaine. Les skieurs pourront profiter de deux nouvelles pistes, la "Déjeuner" et la "Piste Ecole". A noter que l'ensemble des assises du télésiège principal a été changé. Si le vent est tombé dès hier, de nouvelles chutes de neiges sont attendues aujourd'hui. De quoi conforter encore un peu plus le magnifique manteau neigeux !

Ouverture des espaces nordiques

Sur le domaine du col de la Llose, les lourdes chutes de neige et le vent avaient déraciné de nombreux arbres, entravant les pistes de ski de fond. Après un énorme travail de sécurisation des pistes effectué par les techniciens de la Maison du Capcir avec le concours des hommes de la Légion étrangère de Formiguères, le domaine de La Llose ouvre près de 30 km de pistes ce samedi : Le Cortal (2,3 km), Clavera en A/R (12,5 km) et la piste du refuge (13 km). Le secteur Quillane-Calvet ouvre deux pistes. Font-Romeu Pyrénées 2 000. Les deux sites La Calme et l'Estanyol seront ouverts aux fondeurs. Même si la totalité n'est pas encore accessible, les skieurs pourront bénéficier de conditions de glisse exceptionnelles, le tout dans un décor évidemment féerique.


La gaffe d'Auguste Rodin

Envoyer

Publié le 29/11/2013

Auguste Rodin, photographié en 1906 par Alvin Langdon Coburn.

Auguste Rodin, photographié en 1906 par Alvin Langdon Coburn. Crédits photo : Rue des Archives/©The Granger Collection NYC/Rue

IL Y A CENT ANS DANS LE FIGARO - Tous les week-ends, Le Figaro explore ses archives de l'année 1913. Le 28 novembre, le journal s'amuse des mésaventures du sculpteur, dont la mémoire flanche parfois.


Retrouvez chaque week-end sur lefigaro.fr un fragment de l'actualité d'il y a un siècle, tel que publié à l'époque dans nos colonnes. Une plongée dans les archives du journal pour revivre les événements historiques, culturels ou sportifs… comme si vous y étiez.

• Passant devant la vitrine d'un marchand, le sculpteur Rodin croit apercevoir une contrefaçon

• Scandale parmi les boulangers: l'État taxe plus durement ceux qui modernisent leur équipement

• Un vote à la Société des Gens de lettres tourne au vinaigre

Un soldat allemand chante les louanges de la Légion étrangère et ne veut pas rentrer dans son pays

• Pour se venger d'un reproche de son oncle, un adolescent tire à bout portant sur sa cousine

Une affaire d'empoisonnement secoue un village paisible


L'Histoire de la «Terre»

Article paru dans le Figaro du 28 novembre 1913.

C'est une plaisante aventure qui vient d'arriver à M. Auguste Rodin et que l'on rapportait hier.

Elle montre assez à quelles distractions peut s'abandonner le génie.

Donc, le maître passait, il y a quelques jours, rue Laffitte, quand, à la devanture d'un marchand, il aperçut, derrière la vitrine; un bronze intitulé la Terre. Ce bronze était signé: Rodin. C'était un bronze sans tête, ni bras, ni jambe. M. Rodin n'accepta pas de le reconnaître pour une de ses œuvres. Et, l'instant d'après, le commissaire bon enfant saisissait la Terre.

Il n'y gagna que des ennuis. Et M. Rodin pareillement.

Le marchand, l'honorable M. Moline, justement courroucé, se retourna contre son vendeur, M. Pelée. Celui-ci en appela à M. Bernheim, qui avait acheté le bronze à M. Fayet, qui l'avait reçu de M. Fabre, lequel le tenait de M. Jos. Hessele, expert. Mais M. Jos. Hessele, à son tour, prouva qu'il avait, en 1900, reçu la Terre des mains de M. le professeur Heilbuth, de Hambourg, en échange d'un tableau de Whistler. Enfin, le professeur Heilbuth vient de prouver, clair comme le jour, qu'il a acheté le bronze suspect, en 1898, à... M. Rodin lui-même.

Et M. Rodin finit par se rappeler qu'il croit bien avoir créé cette Terre. Il retire sa plainte. Mais trop tard car le marchand, à son tour, est sans pitié et veut des dommages-intérêts pour avoir été soupçonné.

Que d'ennuis!


La propreté punie!

Article paru dans le Figaro du 26 novembre 1913.

Et mieux que cela: le progrès de l'hygiène condamné. Par qui? Par l'État.

L'État consent, en effet, à placer dans une classe inférieure de patentables le boulanger qui pratique le pétrissage à bras; mais il place dans une classe supérieure -il condamne par conséquent à payer une patente plus forte- le boulanger qui installe, si modiques que soient ses ressources, un pétrin mécanique à côté de son four. Voilà, des années que les hygiénistes, et les boulangers, bien entendu, protestent contre cette contradiction. Le Conseil d'hygiène vient de rouvrir cette bienfaisante campagne. Qu'il persévère! Il a toute l'opinion avec lui, et il faudra bien que prenne fin tôt ou tard (et le plus tôt serait le mieux) cette immoralité fiscale qui consiste à charger d'une aggravation d'impôt la bonne hygiène au profit de la mauvaise, le progrès au profit des routines qui lui font concurrence.

Le pétrin mécanique supprime le travail exténuant de l'ouvrier, produit un pain plus propre et plus sain: et le Fisc entend que ce pain, dont il serait si utile que la production fût encouragée, soit au contraire plus cher que l'autre. Il décourage celui qui le fait, en exigeant de lui «pour sa peine» un supplément de taxes.

Cela est vraiment incroyable. Le conseil d'hygiène a décidé d'adresser sa requête au ministre des finances. Le conseil ne demande pas que le pétrin mécanique jouisse des faveurs du Fisc; il demande simplement ceci: que le boulanger qui fait du pain propre ne soit pas -à cause de cela- placé commercialement dans un état d'infériorité, par rapport au boulanger de l'autre école.

On ne peut vraiment pas être moins exigeant!


Tantaene animis coelestibus iras?...

Article paru dans le Figaro du 26 novembre 1913.

Cela veut dire, ou à peu près: On ne s'attendait pas que des gens occupés de littérature se missent si fort en colère. Et l'assemblée de la Société des Gens de lettres, dimanche, a en effet révélé, dans l'âme de nos poètes, romanciers, conteurs et humoristes, une véhémence extraordinaire. Ils ont été jusqu'à voter excessivement et, non contents de jeter dans l'urne un peu trop de bulletins, ils l'ont renversée. Voilà des façons proprement électorales plutôt que littéraires. Et les clameurs, le tumulte ont rendu la délibération difficile.

C'est dommage. On voudrait que la pratique de la littérature adoucît les caractères et, en leur laissant leur vivacité, leur donnât une aménité charmante, une grâce choisie et l'art de la discussion, qui est un art délicieux.

Remarquons-le: la plupart des gens de lettres qui, dimanche, parlaient très fort sont, dans leurs livres, de bons écrivains; ils cherchent les jolis mots, les phrases harmonieuses et les délicatesses de la pensée. On les réunit: et aussitôt ils renoncent à leurs plus aimables vertus.

Le suffrage universel serait-il donc d'un usage très compliqué? On doit le craindre, quand on voit les littérateurs eux-mêmes ne pas résister aux fougueuses irritations du vote. Et l'on est prêt à excuser les hardiesses, parfois si rudes, des simples masses électorales. Le secrétaire perpétuel d'une compagnie très illustre, homme d'esprit fort avisé, disait un jour:

- On pardonne au suffrage universel bien des choses, quand on a vu de près le suffrage restreint!..


Un légionnaire libéré

Article paru dans le Figaro du 26 novembre 1913.

Un tireur d'élite de la Légion étrangère, en 1887.

M. Troemel, ce bourgmestre d'Usedorn dont l'engagement dans la légion étrangère a fait naguère tant de bruit en Allemagne, est arrivé hier à Marseille, revenant d'Algérie. M. Troemel avait été affecté au 2e étranger et avait été envoyé à Saïda d'où il n'avait cessé d'écrire pour protester contre ce que disaient de lui les journaux allemands. Et s'il a quitté la légion, c'est tout simplement parce qu'il a été réformé. Ses chefs avaient constaté qu'il était atteint de surdité: il fut envoyé à l'hôpital d'Oran pour être examiné par une commission qui a conclu à la réforme, le 19 novembre 1913.

Et, que diront les pangermanistes? M. Troemel regrette d'avoir quitté la légion. À un journaliste qui lui demandait ses impressions:

Mes impressions sur mon séjour dans la légion sont excellentes, a-t-il dit. J'avoue même que je regrette de n'avoir pas pu y rester plus longtemps, mais la petite infirmité dont je suis atteint ne me l'a pas permis.

Ce que j'ai admiré dans la légion étrangère, c'est l'esprit de corps qui y règne et surtout la bienveillance des chefs pour les soldats.

Parlant des incidents de Saverne, M. Troemel estime qu'il ne faut y voir que le prélude d'une campagne menée par les journaux nationalistes d'outre- Rhin.

Ces vexations, a-t-il ajouté, ont leur répercussion dans la légion étrangère, mais cette répercussion est tout autre que ce que l'on escompte en Allemagne. Je puis dire que, pendant le temps très court que j'ai passé à la légion, j'ai pu constater que la campagne menée contre elle, en Allemagne, lui fait plus de bien que de mal. Les recrues n'arrivèrent jamais si nombreuses que depuis que certains journaux allemands la représentent comme une colonie pénitentiaire.

On ne s'étonnera pas, étant données ses opinions, que M. Troemel n'ait pas grand envie de rentrer en Allemagne. Il a, en effet, quitté Marseille hier soir en disant qu'il se rendait à Paris, où il a l'intention de se fixer.


Un assassin de quinze ans

Article paru dans le Figaro du 27 novembre 1913.

Un jeune garçon, exténué de fatigue, trempé de pluie, se présentait hier matin au poste de police de la rue des Trois-Bornes et disait:

- Arrêtez-moi. Je suis Maurice Fayolle. C'est moi qui a tué ma cousine à Villiers.

Il disait vrai. Orphelin de bonne heure, Maurice Fayolle, aujourd'hui âgé de quinze ans, avait été recueilli par sa grand-mère. Mais, lassée de son caractère intraitable, elle dut s'en séparer et le confia à son oncle, M. Georges Fayolle, maître-imprimeur à Paris, qui le prit comme apprenti et le logea chez lui, 18, avenue de la République, à Villiers-sur-Marne.

Mais Maurice se montra aussi peu maniable avec son oncle qu'avec sa grand-mère, et lundi 24 novembre 1913, à la suite d'une réprimande, il quitta l'atelier en disant qu'il en avait assez. Il revint à Villiers-sur-Marne, appela sa cousine Georgette, âgée de onze ans et lui dit de venir voir au cellier un tonneau qui fuyait. Sans défiance, l'enfant le rejoignit. Il lui tira à bout portant un coup de revolver dans la tête. Puis il s'enfuit.

La blessure, quoique grave, ne met pas les jours de Georgette en danger. La balle, pénétrant par la joue gauche, est ressortie à la hauteur du nez, ne lésant aucun organe essentiel.

Maurice était revenu à Paris. Il passa la nuit dans un hôtel, passage de Ménilmontant. Le lendemain, il erra dans les rues, ne sachant que faire. Hier, n'ayant plus que deux sous en poche, il rencontra sur le boulevard de Ménilmontant un de ses camarades à qui il conta son embarras, et qui lui dit:

- Tu n'as qu'une chose à faire: va tout raconter au commissaire.

L'apprenti se rendit alors au poste de la rue des Trois-Bornes.

- J'ai voulu me venger, a-t-il expliqué à M. Andrieu. Lundi dernier, chargé d'un travail pénible, je me plaignis: «Tu te plains toujours, me répondit mon oncle, si tu n'es pas content, tu n'as qu'à t'en aller». Je partis. Cette réprimande m'avait fait perdre la tête. Alors, pour faire autant de peine à mon oncle qu'il venait de m'en faire, j'ai tiré sur Georgette parce qu'il l'aimait bien.

Le vaurien a été envoyé au Dépôt en attendant sa comparution devant un juge d'instruction.


Les responsables

Article paru dans le Figaro du 27 novembre 1913.

Elle est effroyable, l'histoire de ce gamin de quinze ans qui, pour se venger d'une observation que vient de lui faire son oncle, abandonne l'atelier, rentre chez lui, appelle froidement, sous un prétexte futile, sa petite cousine qu'il entraîne hors de la maison, et lui décharge en pleine figure son revolver.

Tout cela a été préparé posément, bien calculé, accompli sans violence. C'est le coup d'un professionnel mûri par l'expérience, et d'un coquin -bon psychologue- qui savait bien qu'aucune vengeance ne pouvait atteindre plus cruellement l'homme qu'il détestait, qu'un coup porté à son enfant.

Le petit Maurice Fayolle est donc un monstre. Mais la responsabilité du crime imbécile qu'il a commis n'incombe-t-elle qu'à ce gamin? On nous dit qu'en rentrant chez lui, il gagna sa chambre «pour y prendre un revolver qui s'y trouvait».

Comment cet enfant avait-il un revolver à sa disposition? Et, s'il l'avait acheté, quel armurier le lui avait vendu?

À supposer que cette arme lui ait été prêtée ou qu'il l'ait volée, n'est-il pas évident que l'idée de l'employer à assassiner une enfant de douze ans ne lui serait jamais venue, si la tête de ce gamin sinistre n'eût été pleine des souvenirs de vengeance dont le revolver est l'instrument?

Et, tout naturellement, nous voici ramenés à la responsabilité première, que nous avons si souvent signalée ici: la responsabilité du marchand d'armes qui vend ses «articles» à tout venant, aussi simplement qu'il vendrait de l'épicerie ou des bonbons; et surtout la responsabilité du législateur qui devra pourtant se décider, un jour, à comprendre qu'il y a des métiers dont la liberté est un péril public!


Un empoisonnement

Article paru dans le Figaro du 1 décembre 1913.

Cour d'assisse de Versailles.

M. Pochard, ouvrier d'usine, âgé de cinquante ans, mourait brusquement, le 25 juillet 1912, à Jezainville, un village des environs de Pont-à-Mousson.

Or, en avril dernier, une vieille femme à mine de sorcière, nommée Grand-Thouvenin, accusa Mme Pochard d'avoir empoisonné son mari. Comme les deux femmes avaient vécu jusqu'alors en excellents termes, les habitants du village, étonnés par ces propos, jasèrent tant et si bien que la justice entra en scène. L'enquête aboutit à l'arrestation des deux mégères et d'une troisième personne, Mme Pinot, soeur de Mme Pochard.

Toutes trois se sont assises durant trois jours au banc des accusés de la Cour d'assises. Mauvaises, les lèvres fines, elles parlent peu.

- La Pochard a empoisonné son mari, déclare Mme Grand-Touvenin.

- Ce n'est pas vrai, répond l'accusée.

- C'est vrai. C'est elle et la Pinot. Elle a d'abord essayé de lui faire absorber de l'herbe de Jérusalem, et puis du sublimé et enfin de l'arsenic. C'est moi qui ai acheté l'arsenic à M. Naudin, un chimiste. J'ai donné le flacon à la Pinot qui l'a ensuite remis à sa soeur. Et tout ce que je dis est la vérité même.

- Mensonge, répond Mme Pochard.

Pourtant, l'autopsie du corps de la victime a révélé que l'ouvrier d'usine avait bien succombé à un empoisonnement par l'arsenic. D'autre part, l'enquête a prouvé que Mme Grand-Thouvenin n'inventait rien.

La veuve Pochard a été condamnée à quinze ans de travaux forcés; sa soeur, dix ans, et la veuve Grand-Thouvenin également à dix ans de la même peine.


L'ancien légionnaire fait dans l'humour noir

Envoyer

Lundi 25/11/2013

Antoine Chapelle alias Markus Selder auteur des "Contes de la soute"

L'ancien légionnaire fait dans l'humour noir

Antoine Chapelle propose une édition numérique des Contes de la soute. Une série d'histoires mettant en scène des légionnaires mêlés à des citoyens lambas. Photo C..D

Antoine Chapelle fait partie de ces personnes qui estiment que l'on peut rire de tout. L'auteur Orangeois, alias Markus Selder - nom emprunté à un légionnaire allemand déserteur, rencontré en intervention - a donc fait de cet aphorisme sa ligne de conduite.Dans ses derniers écrits, Les contes de la soute", destinés néanmoins à un public averti ...

Avesnes-le-Comte : André Canonne a passé sa baguette de chef d’orchestre à Jacques Maison

Envoyer

Publié le 24/11/2013

La transition entre les deux chefs d’orchestre s’est réglée… comme du papier à musique.VDN
La transition entre les deux chefs d’orchestre s’est réglée… comme du papier à musique.

Depuis de longues années, André Canonne était à la tête de l’harmonie d’Avesnes, et de celle d’Izel-lès-Hameau, son village natal. Un musicien chevronné qui a passé sa baguette à Jacques maison. « C’était une décision délicate à prendre, mais des soucis d’arthrose m’ont convaincu que le temps était venu de laisser la place aux jeunes. Cela dit, je n’abandonne pas l’harmonie puisque je continuerai à y jouer du bugle et je prendrai la fonction d’archiviste. Je quitte ce poste serein car avec Jacques Maison, mon ami, la relève est bien assurée. » confie le chef d’orchestre.

André Canonne, même s’il a débuté la musique tard, à l’âge de seize ans, a un parcours plutôt atypique. « C’est le boulanger du village qui m’a convaincu de faire de la musique car il cherchait un joueur de clairon pour reformer une fanfare à Izel. Je me souviens de mon premier professeur, Jean Katchic qui était chef de l’harmonie de Bully. Nous étions cinq musiciens au départ ! Puis j’ai décidé d’apprendre la trompette et c’est Victor Bourdon, chef de l’harmonie qui m’a formé à cet instrument. » En 1964, après le service militaire, sur un coup de cœur, il part à la Légion. Il est alors dirigé dans la musique principale de la Légion étrangère à Aubagne où, durant trois ans, le musicien est formé par Pierre Barbizet, directeur du conservatoire de Marseille et par Jacques Menichetti, premier prix de Paris à la trompette. « Cela m’a permis de bien travailler et d’obtenir le premier prix de trompette en 1971. De retour à Izel début 1972, après le décès de Victor Bourdon, je suis devenu chef de l’harmonie La renaissance d’Izel. De cinq membres, nous sommes passés à 45 durant les quarante-deux ans passés au service de cette association. J’ai repris ensuite le flambeau de Louis Martin, chef d’orchestre à Avesnes, suite à son décès en 2005, et me retrouvais donc à la tête de deux formations musicales. » De toutes ces années, le « chef » gardera « beaucoup de plaisir, une grande complicité, de l’amitié, et, des années au service de la Légion, des grands voyages notamment à Tahiti pour les olympiades Pacifique Sud. Avoir transmis ma passion à des jeunes qui, peut-être feront à leur tour un beau parcours est également une grande fierté. » Comme il se doit, la transition entre les deux chefs d’orchestre s’est réglée… comme du papier à musique.

Jacques Maison, qui assure désormais la relève, est aussi expérimenté. Ses instruments de prédilection sont le piano et la clarinette. Natif de Calonne-Ricouart, de parents compositeurs et musiciens, il a débuté tout jeune dans la musique. Après une formation de chef d’orchestre à l’ENM (École nationale de musique) de Fresnes, près de Paris, où il a effectué des stages internationaux, il s’est lancé dans la composition après avoir effectué ses études au conservatoire national de Lille, puis au conservatoire supérieur de musique de Paris. Il a composé de nombreuses pièces pour piano, flûte, et prépare une pièce pour un orchestre de musique de chambre. Il a également des commandes pour les harmonies voisines, afin de renouveler leur répertoire.

Jacques Maison est déjà une figure connue puisqu’il donne des cours de piano à l’école de musique de l’Atrébatie. Son ambition est de poursuivre le travail de son ami André Canonne, tout en essayant de renouveler les styles de musique et les répertoires et développer les rencontres avec les harmonies, notamment celle d’Auchel où il a déjà cette fonction de chef d’orchestre.

Pour la gloire de ses deux pères

Envoyer

Publié le 23/11/2013

C'est un voyage pour redécouvrir les combats et les bonnes raisons de vivre ici. Jean-Claude Matous veut parler des deux héros d'une tragédie, son père tchèque et son oncle charentais.

Pour la gloire de ses deux pères

Pour la gloire de ses deux pères
ls se sont quittés à 45 ans et sont morts hors de France.

L'Europe en ruine les avait faits frères à Verdun, vingt-cinq ans plus tôt. Les moins jeunes, à Saint-Fort-sur-Gironde, en Charente-Maritime, se souviennent certainement de Léopold Matous, un officier tchèque au regard clair accueilli au village avec les beaux jours, en 1945. Et que personne n'a jamais revu. Ils ont surtout en photo son beau-frère, Maurice Chastang, qui fut l'un de leurs maires. Maurice Chastang, hostile à Pétain en 1940 et entré en résistance, dénoncé dans sa commune, arrêté par la Gestapo le 23 septembre 1942, torturé, déporté à Oranienburg Sachsenhausen, abattu en 1945 à quelques jours de la victoire. Ce sont les deux hommes des premières années de Jean-Claude Matous, deux éclairs brefs, dont il ne peut plus taire, à bientôt 80 ans, l'incandescence. « Ils n'ont pas eu besoin de se lever dit-il, ils étaient debout. » C'est son patrimoine culturel inaliénable. Il en conserve les regards, les mots, les lettres, ce parfum-là d'une brève existence avec eux. De tout cela il a conçu un livre à usage interne pour que les siens sachent d'où ils viennent. Il en parle avec précision et il est conscient que son épouse, Nicole, native du village, a tout réentendu de nombreuses fois. Léopold, né dans le sud de la Bohême, était un engagé volontaire de la Légion étrangère incorporé dans l'armée française. Après avoir survécu à 1914, il est devenu importateur de verre et de cristal de Bohême à Bordeaux. Où il a pu analyser la montée du régime nazi et le dénoncer pendant des années en organisant de grandes manifestations régionales. Il a été nommé consul. Il s’est mis en danger en mobilisant la communauté. On l'a vu embarquer pour Londres le 19 juin 1940. Le poilu de la Marne y a été désigné secrétaire particulier du président tchèque. Dans l'un de ses rares courriers, il décrit ce qu'il voit devant lui. « Le seul commandant de l'armée française resté fidèle aux alliés, un officier énergique, qui, après cette guerre, sera le maître de la France. La foule très dense crie 'Vive de Gaulle ! Vive la France ! Vive l'Angleterre !' »

Maurice et Léopold. Les deux hommes se sont connus après Verdun parce que Léopold, envoyé en permission à Cognac, a pu rencontrer un jour Adrienne, la soeur de Maurice. Le maire, avant d'être arrêté dans la rafle de 60 résistants organisée depuis La Rochelle par le commissaire bordelais Chiron, a pris en charge les trois enfants de Léopold et sa place de père. Il lui écrit. « Si nous te sommes reconnaissants de sauver l'honneur, nous faisons tout ce qui dépend de nous pour être digne de toi. Car, pour un ancien défenseur de Verdun, le mot honneur conserve toute sa valeur. J'espère qu'un jour le procès du vrai responsable de notre malheur se fera. Vive la France, la vraie, la nôtre. » Léopold est revenu vivant le 29 mars 1945. Très vite, il est reparti à Prague voir sa famille. Il y est mort d'une crise cardiaque le 14 novembre. À 11 ans, l'enfance de Jean-Claude s'est peuplée de fantômes. Disparu à Londres, perdu à Prague, assassiné à 30 kilomètres de Berlin dans une marche de la mort. Ses deux héros pouvaient-ils périr en même temps ?

Quand ils vivaient, il fallait se taire pour les protéger. Mais morts, comment vivre avec ? La fierté est à la mesure du vide de toute une vie. Que reste-t-il d'un éclair sur une enfance ? Que garder d'une rencontre de quatre mois avec ce combattant insaisissable ? « Ils m'ont donné l'idée de résistance. Enfant, j'allais la nuit peindre des croix gammées sur la porte des collabos. J'étais en admiration pour les deux, qui se déclaraient frères. Ils m'ont transmis patriotisme et dévouement. Des gens inattaquables, droits, désintéressés. Ils n'ont pas été récompensés. Qu'avons-nous retenu de ces guerres ? Tout continue. Je veux que l'on se souvienne de deux hommes qui nous grandissent. » Jean-Claude a pris la suite de Léopold à la tête de l'entreprise d'importation spécialisée Matous. En cheville avec ses fournisseurs d'Europe de l'Est, trois fois par an, longtemps il s'est recueilli sur la tombe de ce voyageur extraordinaire, dans le cimetière de Rudolfov, en Bohême, où Léopold a eu des funérailles nationales. Ancien d'Algérie, président des Camarades de combat, il ne comprend toujours pas pourquoi la Légion d'honneur, distribuée en confiserie aux chanteurs et amis, a été refusée à titre posthume à Maurice Chastang, le maire irréductible. Qu'est-ce qui reste à la mémoire commune ? Près de soixante-dix ans après, les larmes ne sèchent pas. Les frères lui ont laissé au ciel une longue traînée de lumière.


Le soldat à la "tête de mort" braque une pharmacie

Envoyer

Publié le 22/11/2013

Un ancien légionnaire qui avait été photographié en janvier avec un foulard représentant une tête de mort lors de l'opération française au Mali a été condamné vendredi à trois ans de prison avec sursis pour avoir braqué avec une kalachnikov une pharmacie à Orange (Vaucluse).

L'ex-militaire, âgé de 36 ans, "s'est présenté dans une pharmacie mercredi dans la matinée pour obtenir un certain nombre de médicaments et n'ayant pas obtenu satisfaction, il a sorti une kalachnikov pour se faire remettre les produits", a indiqué le parquet de Carpentras, confirmant une information de Vaucluse Matin. Interpellé dans la foulée à son domicile, très alcoolisé, il a été présenté vendredi en comparution immédiate et condamné à trois ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Carpentras, selon la même source.

RT @LeDLVaucluse: L'ancien légionnaire au foulard du Mali condamné pour braquage. http://t.co/PVh8mXT2jH #Actualités pic.twitter.com/SQvwhqJWIS

— Guy Abonnenc (@guyflab) 22 Novembre 2013


L'homme, un Polonais résidant en Suède, avait été exclu de la Légion étrangère après la diffusion d'une photographie le montrant le visage recouvert d'un foulard représentant une tête de mort, pour se protéger du sable, lors d'une opération de la France au Mali en janvier 2013. Le cliché avait déclenché la colère de l'armée française. L'état-major avait alors estimé inacceptable le comportement du militaire.

Il vivait depuis à Orange de ses économies et, devenu "dépressif, il avait sombré dans "l'alcoolisme et une médication à outrance", a précisé le parquet. Le psychiatre qui l'a examiné a conclu à une altération de son discernement. L'ancien légionnaire du Régiment étranger de cavalerie d'Orange, qui avait "des états de service excellents et aucun antécédent judiciaire", doit retourner vivre en Suède prochainement.

SULAK • Philippe Jaenada, Editions Julliard

Envoyer

Par Béatrice ARVET • Correspondante La Semaine 20/11/2013

Héroïser un gangster, aussi sympathique, romanesque et non-violent soit-il, n'est pas vraiment notre tasse de thé ; en revanche, le style Jaenada oui, qui transforme la courte existence de Bruno Sulak en polar rocambolesque, drôle, palpitant, plein de dérision et … d'indulgence. Du pur plaisir.

Le panache, c'est la grande affaire de Philippe Jaenada qui, dans chacun de ses romans, teste l'héroïsme de personnages qui ne sont pas toujours à la hauteur de leurs ambitions.
Bruno Sulak n'en manquait pas, en braquant une bijouterie au cœur d'un maillage policier impressionnant le jour de la visite du chancelier Kohl, ou bien en mettant deux balles à blanc dans son arme afin d'éviter un tir non maîtrisé, ou encore en appelant régulièrement le commissaire Moréas pour " donner des nouvelles ". Avec sa beauté, son élégance, sa désinvolture et son culot, il ne pouvait que fasciner l'auteur du " Chameau sauvage ".

Né en Algérie en 1955, apprécié par ses supérieurs, cet ex-Légionnaire aurait peut-être connu un destin radicalement différent, si l'homologation de son record du monde de chute libre n'avait été assujetti à l'obligation de se réengager pour 5 ans.  Furieux, il brave  l'interdiction de quitter la Corse lors d'une permission, loupe l'opération léopard au Zaïre et devient déserteur. Retour à la case Marseille de son adolescence, avec ses petits caïds, ses bagarres minables, ses vols sans envergure. Bruno Sulak a d'autres ambitions. Ce garçon doux et dur à la fois, après quelques coups d'essai, un passage en prison et une première évasion, va s'engager dans une cavale effrénée, financée par des braquages de plus en plus audacieux qui feront la une des journaux entre 1981 et 1985. Avec Thalie, son grand amour et Novica, alias Radisa, Steve ou " le grand ", ancien boxeur reconverti en garde du corps pour people, ils écument les bijouteries de France et de Navarre tout en menant grand train dans les lieux branchés de la nuit parisienne. En Lorraine, ils auront chaud aux plumes lors du hold-up avec prise d'otage de la bijouterie Kreiss ; un avertissement qui les convaincra d'ailleurs de se mettre au vert.

Philippe Jaenada aborde donc à sa manière - subjective, irrésistible, avec superpositions de parenthèses - l'itinéraire trépidant de ce personnage de roman. Par la voix d'un narrateur qui lui ressemble beaucoup, il met son grain de sel partout, donne son avis, fait des associations parfois étonnantes ou introduit subrepticement des renseignements sur sa propre biographie. Au passage, il garde quelques secrets pour son fort intérieur, balance les traîtres sans les nommer, râle quand ça lui chante et invente les infos qui lui manquent. Sa tentative de réhabiliter Sulak est touchante. On finit par trouver (presque) sympathique ce cambrioleur " gentleman ", capable (paraît-il) de glisser un diamant dans la main d'une cliente flouée ou de payer l'intervention d'une Américaine malade du cœur. Une opération de charme posthume pour ce serial séducteur qui aura même réussi à convaincre ses geôliers de l'aider lors de son ultime et tragique tentative d'évasion.

REPÈRES

 Né en 1964, Philippe Jaenada a touché à pas mal de domaines (mécanique, cinéma, minitel rose…) avant de publier sa première nouvelle en 1989 dans l'Autre Journal auquel il a collaboré deux ans. Huit ans plus tard, son premier roman " Le Chameau sauvage " (Julliard) a obtenu le prix de Flore et a été adapté par Luc Pagès sous le titre " À+ Pollux. " Sulak " est son 8ème roman.

DERNIERS OUVRAGES PARUS

 --> La Femme et l'ours – Grasset, 2011
 --> Plage de Macarona – Grasset, 2009
 --> Déjà vu (photos de Thierry Clech) – Éditions PC, 2007


L'Arche de Zoé en appel

Envoyer

Mercredi 20 Novembre 2013

MARNE. Condamné à six mois de prison avec sursis en première instance, le Marnais Alain Péligat comparaît en appel à partir d’aujourd’hui à Paris.

 Alain Péligat avait tenté de ramener en France 103 orphelins du Darfour, attendus par des familles d’accueil à l’aéroport de Vatry en octobre 2007.

Alain Péligat avait tenté de ramener en France 103 orphelins du Darfour, attendus

par des familles d’accueil à l’aéroport de Vatry en octobre 2007.

« J’avais complètement oublié la date », lance au téléphone Alain Péligat. Désormais installé en Bretagne, à une trentaine de kilomètres de Morlaix, depuis cet été et sa retraite, l’ancien prof du lycée Oehmichen de Châlons-en-Champagne, dans la Marne, sera pourtant bien à la barre de la cour d’appel de Paris à partir de ce matin et jusqu’au 29 novembre. Après le procès en première instance en février dernier, l’affaire de l’Arche de Zoé revient devant la justice, six ans après les faits.

Avec cinq autres bénévoles de l’association Arche de Zoé, Alain Péligat avait tenté de ramener en France 103 orphelins du Darfour, attendus par des familles d’accueil à l’aéroport de Vatry, dans la Marne, en octobre 2007. Sauf que, arrêtés par les autorités tchadiennes avant de décoller, les six membres de l’association furent condamnés par la justice locale à huit ans de travaux forcés. Extradés en France fin 2007, ils sont incarcérés pendant trois mois avant d’être graciés le 31 mars 2008 par le président tchadien. Depuis, c’est la justice française qui instruit cette affaire.

Alain Péligat, condamné à six mois de prison avec sursis pour « tentative d’aide à l’entrée et au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France », a fait appel comme les deux principaux prévenus du dossier, Éric Breteau et Émilie Lelouch, condamnés, eux, à trois ans de prison, dont un avec sursis, pour « escroquerie, exercice illicite de l’activité d’intermédiaire à l’adoption » en plus du même chef d’accusation que le Marnais.

« Là, j’y vais par principe. Je n’ai rien fait, je ne vois pas pourquoi j’aurais six mois avec sursis », explique Alain Péligat. Surtout, il espère que « la présence d’Éric et Émilie », absents en première instance, et de leur avocate, M e  Céline Lorenzon, « va changer les choses.

C’est cette avocate qui avait assuré tout prévoir pour l’autorisation d’entrée des enfants sur le territoire français et n’a rien fait. Alors, pourquoi moi, je prends six mois et elle rien du tout ? » s’interroge le Marnais.


Des romans majeurs sur la Grande Guerre réunis en un volume

Envoyer

Publié le 18/11/2013

Le Livre de Poche a réuni en un seul volume quatre oeuvres d'une grande force littéraire d'écrivains français et allemands, Roland Dorgelès, Erich Maria Remarque, Gabriel Chevallier et Ernst Jünger, qui témoignent de la vie des soldats des deux côtés du front pendant la Grande Guerre.

Pour ces quatre romanciers, la Première Guerre mondiale n'était pas de la fiction: ils l'ont vécue comme combattants et ont témoigné, chacun à sa façon, de la vie de ces hommes engloutis dans la folie meurtrière, la boue des tranchées, sous les obus et les gaz. Dans "1914-1918. Français et Allemands dans les tranchées" (15,20 euros), ces oeuvres sont présentées par ordre chronologique de parution.

"Les Croix de bois" de Roland Dorgelès, publié en 1919, est devenu un classique de la littérature de guerre. Ce récit a notamment marqué le Goncourt 2013 Pierre Lemaitre, qui a lui-même écrit sur les démobilisés de 14-18. "Mes morts, mes pauvres morts, c'est maintenant que vous allez souffrir, sans croix pour vous garder, sans coeurs où vous blottir. Je crois vous voir rôder, avec des gestes qui tâtonnent, et chercher dans la nuit éternelle tous ces vivants ingrats qui déjà vous oublient", écrit Roland Dorgelès, engagé volontaire dès 1914 et croix de guerre.

"À l'Ouest rien de nouveau", le chef-d'oeuvre pacifiste d'Erich Maria Remarque --né Erich Paul Remak en Allemagne, mobilisé en 1918 et envoyé sur le front ouest-- a été publié en 1929 et adapté au cinéma l'année suivante. On y voit comment un jeune Allemand soumis au bourrage de crâne patriotique d'un professeur s'engage dans l'armée allemande avec ses camarades. Mais ils sont vite rattrapés par l'horreur de la guerre et les désillusions.

Engagé très jeune dans la Légion étrangère française, Ernst Jünger, l'auteur de "Orages d'acier", prit part dès 1914 à la Grande Guerre sous l'uniforme allemand comme soldat puis officier. Il publia ce bouleversant journal de guerre en 1920, d'abord à compte d'auteur.

Le Français Gabriel Chevallier, mobilisé dès 1914, combattit en tant que simple soldat. Il écrivit "La Peur" en 1930 et "Crapouillot" dans le recueil Mascarade en 1948. La Grande Guerre fut "la plus formidable connerie des temps modernes", dit-il.

Parallèlement, viennent de paraître au Livre de Poche six nouvelles de Erich Maria Remarque, sous le titre "L'ennemi", parues après son exil aux Etats-Unis. Elles ont toutes pour thème les séquelles de la guerre chez les soldats survivants et les civils. Ce recueil était indisponible depuis plusieurs années et n'avait jamais été publié en format poche. Dans ce plaidoyer sans didactisme, l'auteur montre comment militarisme et nationalisme sont des machines à décerveler et à tuer. "Au-dessus de ces champs semblent se dresser les années perdues (...) - le cri de la jeunesse anéantie trop tôt".


Page 4 sur 43

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui1125
mod_vvisit_counterHier2985
mod_vvisit_counterCette semaine1125
mod_vvisit_counterSemaine dernière20621
mod_vvisit_counterCe mois86977
mod_vvisit_counterMois dernier142618
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0915431268

Qui est en ligne ?

Nous avons 1041 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14180
Affiche le nombre de clics des articles : 32143614
You are here PRESSE XXI° 2013