AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

2017




Le casse-tête du coût des opérations extérieures pour le nouveau chef d’état-major français

Envoyer

http://www.lemonde.fr/

Par Nathalie Guibert (Niamey (Niger), Gao (Mali), envoyée spéciale) LE MONDE Le 11.09.2017

François Lecointre, en visite au Niger et au Mali, cherche des pistes d’économies pour les « opex », à la demande du président Emmanuel Macron.

Un hélicoptère français survolant Gao, au Mali, le 19 mai 2017.

Crédits : CHRISTOPHE PETIT TESSON / AFP

Le légionnaire, une montagne de muscles avec un regard bleu très clair, prend fort bien les choses. « Ça va ! » Le militaire du 2e REP est un miraculé. Avec son accent polonais, sur le seuil de sa chambre de l’hôpital militaire à Gao, il raconte tranquillement l’accrochage. Dans une jungle marécageuse, à une cinquantaine de kilomètres de Gossi, dans le centre du Mali, un djihadiste l’a surpris, lui tirant dessus à cinq mètres en pleine poitrine. La balle a ricoché sur les chargeurs qu’il portait, avant de passer sous son gilet de protection, pour finir dans sa fesse.

L’armée française vient, durant dix jours, de mobiliser 70 soldats et commandos dans l’opération « Dague », au cours de laquelle elle a mené l’assaut contre le camp d’une katiba malienne classée dans la mouvance de l’organisation Etat islamique (EI). Une quinzaine de combattants se sont dispersés sous l’attaque, tandis que quatre d’entre eux, « dans une tactique de martyrs », selon le commandement français, restaient pour fixer les troupes de « Barkhane » jusqu’au bout. Bilan : deux morts dans les rangs djihadistes.

Le nouveau chef d’état-major des armées, François Lecointre, est venu mesurer l’état de la force française au Sahel, en se rendant à Niamey (Niger) puis à Gao (Mali), vendredi 8 et samedi 9 septembre, pour une première visite auprès des troupes en « opex » – opérations extérieures – que Le Monde a pu suivre. Paris prépare, en effet, une réorganisation de « Barkhane », l’intervention française la plus importante avec 4 000 soldats intervenant dans une région gigantesque, le Sahel, couvrant cinq pays.

Evacuations sanitaires

« Dague » illustre les contraintes des missions de l’armée française, engagée dans une lutte sans fin connue contre les groupes armés djihadistes. « Il s’agissait d’une katiba très structurée, bien commandée, à la différence des groupes locaux qui évoluent sans cesse dans le nord...


Bardé de médailles, la Légion lui était pourtant étrangère.

Envoyer

http://www.sudouest.fr/

Publié le 09/09/2017


" Le légionnaire est indémodable "

Envoyer

http://www.lanouvellerepublique.fr/

06/09/2017

Andrei Koudeev.


Costaud comme une baraque à frites : l'expression n'a sans doute pas cours du côté du lac Baïkal où il a vu le jour. Elle correspond pourtant parfaitement à l'adjudant de la Légion étrangère Andrei Koudeev, qui était présent, hier, place de la République, à Châteauroux, à l'occasion de l'opération baptisée Turones.

Pas de risques de blessures avec cette opération-là. Il s'agit pour la Légion étrangère d'effectuer une vaste campagne de recrutement et d'information à travers tout le pays. Le Russe Andrei Koudeev et plusieurs autres sous-officiers ont donc répondu aux questions, dans leur camion, ce mardi. Presque autant une leçon d'histoire qu'une leçon de géographie. Commençons par l'essentiel : légionnaire, est-ce un métier d'avenir ? « C'est en tout cas indémodable, sourit Andrei. Créé en 1831, ce corps est absolument unique en son genre à travers le monde. Il compte actuellement 8.000 soldats, dont 90 % sont d'origine étrangère et représentent 152 nationalités différentes. »
Autre incontournable interrogation : légionnaire, est-ce que c'est bien payé ? Plutôt. « 1.290 € nets, nourri et logé. Il y a des primes pour chaque déplacement et exercice. La participation à des opérations extérieures, en Afrique ou en Afghanistan par exemple, permet d'au moins doubler la solde. »
Les conditions pour des personnes qui n'en besoin d'aucun diplôme, sont donc intéressantes. Reste que les places sont moins nombreuses que les candidats : 9.000 demandes en 2016 pour 1.700 postes. Avec la possibilité d'embrasser presque tous les corps de métier. 10 % des élus évolueront par la suite vers des grades d'officiers. Le premier contrat est toujours de cinq ans, et il faut avoir entre 17 ans et 39 ans et six mois, pour pouvoir postuler.
Ultime information délivrée par Andrei Koudeev : les deux centres de la Légion étrangère de Paris et Aubagne, sont ouverts 365 jours par an, 24 heures sur 24 h. Accueil viril mais correct garanti.


Tristan Riquelme, nouveau sous-préfet

Envoyer

http://www.lamontagne.fr/

Publié le 05/09/2017

Tristan Riquelme, nouveau sous-préfet

Cérémonie. Le nouveau sous-préfet d'Issoire, Tristan Riquelme, 45 ans, a officiellement pris ses fonctions, hier matin, à l'occasion du traditionnel dépôt de gerbe devant le monument aux morts 39-45, en présence de nombreux élus locaux.

Officier de l'armée de Terre passé notamment par la Légion Étrangère, par l'École de Guerre, et par le Centre de doctrine d'emploi des forces (CDEF), et père de trois enfants, il va découvrir dans le Puy-de-Dôme la fonction de sous-préfet. « C'est une démarche personnelle qui m'amène à intégrer le corps préfectoral. Cela va me permettre de travailler sur l'ensemble des politiques publiques », souligne celui qui succède
à Christine Bonnard.


Un document signé Jacques Foccart établit la pratique des assassinats ciblés de l’Etat français

Envoyer

http://www.lemonde.fr/

Par Jacques Follorou 05.09.2017

Un document extrait des archives du conseiller du général de Gaulle montre comment, pendant la guerre d’Algérie, un ingénieur allemand s’est retrouvé dans la mire des services extérieurs.

Au cœur de l’été 1958, dans le plus grand secret d’un pouvoir gaulliste tout juste sorti de sa traversée du désert grâce au putsch d’Alger du 13 mai, la France n’entend négliger aucun moyen, même les plus illégaux, pour mener une guerre qui va encore durer quatre ans. Si certaines forces françaises ont recours à la torture sur le sol algérien, le dernier gouvernement de la IVe République, dirigé par le général de Gaulle, ordonne, de son côté, des opérations clandestines dans le reste du monde contre ceux qui menacent ses intérêts en Algérie. Assassinats ciblés, attentats, avertissements sous forme d’agressions, ces pratiques sont monnaie courante – « des centaines », dira Constantin Melnik, coordinateur des services de renseignement de 1959 à 1962.

Considérant agir en toute légitimité même s’il est en totale infraction avec le droit international ou domestique, l’Etat français, que ce soit en 1958 ou en 2015, sous la présidence de François Hollande, s’est toujours réservé cette liberté, marquant ainsi les limites du contrôle de l’usage de la force, y compris dans les plus grandes démocraties. Levant un tabou, M. Hollande l’a même confirmé, oralement, dans plusieurs ouvrages, fin 2016. Mais il n’existait aucune trace écrite de ces décisions, du moins jusqu’à la découverte d’un document unique dans le fonds d’archives de Jacques Foccart, l’homme des services secrets et des basses œuvres du gaullisme, également connu comme le père de la Françafrique.

Daté du 1er août 1958 et annoté de la main de Foccart, ce document non seulement livre les détails d’une condamnation à mort « d’un sujet allemand, (…) dont l’action est très néfaste aux intérêts français en Algérie »,mais donne également les identités de la cible et de tous ceux ayant concouru au feu vert donné à son élimination physique. La lecture de cette pièce offre, enfin, une connaissance du processus d’autorisation qui fait intervenir les plus hautes autorités du pays et pose, même soixante ans plus tard, la question de la responsabilité d’un Etat.

« Le traiter discrètement par toxique indétectable »

Le Monde a reconstitué l’histoire de cet homme et les raisons qui ont conduit la France à vouloir le tuer. Cette plongée permet de découvrir un épisode méconnu de la guerre d’Algérie : l’action d’un réseau germanophone de soutien au FLN, qui a organisé la désertion de plus de 4 000 légionnaires, via Tétouan, au Maroc. Elle lève aussi le voile sur une guerre secrète qui a opposé la France et l’Allemagne de l’Ouest (la RFA), sur fond de fin de l’empire colonial français, alors qu’au grand jour ces deux pays unissaient leurs voix pour bâtir une Europe pacifique après deux conflits mondiaux meurtriers.

Intitulée « Fiche relative à la désignation d’un objectif », la note est directement adressée par le service action du Sdece (Service de documentation extérieure et de contre-espionnage) à Jacques Foccart, qui est, à Matignon, conseiller technique du général de Gaulle – président du conseil pendant six mois avant de faire entrer la France dans la Ve République et de s’installer à l’Elysée. « Schulz-Lesum, sujet allemand, résidant à Tétouan, dit la note, est le chef d’une organisation de désertion de légionnaires français. (…) A la suite d’une mission de reconnaissance, un contact commercial a été établi avec Schulz-Lesum. Ce contact entretenu par correspondance doit nous permettre d’attirer l’objectif dans un lieu favorable au Maroc et de le traiter discrètement par toxique indétectable et à effet différé. »

La « fiche relative à la désignation d’un objectif », annotée de la main de Jacques Foccart, qui commandite l’élimination de l’ingénieur allemand Wilhelm Schulz-Lesum. DR

« Reçu le 3 août 1958, ai donné accord de principe », écrit, dans un premier temps, Jacques Foccart. Dans un second temps, de la même encre bleue, il ajoute, « accord de l’amiral Cabanier le 4 août, transmis aussitôt au colonel Roussillat », avant d’apposer son paraphe, identifiable sur de nombreux autres documents officiels. On relève que le ministre de la défense n’apparaît pas dans le circuit de décision. Le document mentionne que c’est le chef d’état-major général de l’armée, Paul Ely, qui a demandé cette élimination au Sdece. L’amiral Cabanier n’est autre que le chef d’état-major de la défense nationale attaché au général de Gaulle à la présidence du conseil. Le colonel Robert Roussillat est alors le chef du service action du Sdece, chargé de mettre en œuvre cette décision.

Désertions de légionnaires

Selon l’historien autrichien Fritz Keller, qui est l’un des rares à mentionner son nom dans ses travaux sur les réseaux d’aide au FLN, la cible, Wilhelm Schulz-Lesum, est née en 1896. D’après le Sdece, il serait alors « à Tétouan, depuis de nombreuses années ». Ingénieur de formation et officiellement responsable d’une société d’import-export, il agit, en réalité, pour le compte des autorités ouest-allemandes. Ses contacts avec la diplomatie de Bonn au Maroc et en Espagne sont avérés et fréquents.

Son rôle est au cœur d’un rapport transmis, le 31 octobre 1957, par le chef des Renseignements généraux (RG) à Oran au général Salan, commandant la 10e région militaire. Largement nourrie par les informations des RG de Sidi Bel Abbès, où est implanté le quartier général de la Légion, cette enquête est adressée, en copie, au chef du Sdece. « Il s’avère que l’officine mise sur pied en vue de favoriser la désertion des légionnaires allemands existe effectivement. Elle a pour responsable un certain Schulz-Lesum, non identifié, ingénieur à Tétouan, représentant de l’ambassade allemande de Madrid, titulaire de nombreuses décorations honorifiques de la République fédérale de Bonn », y est-il précisé.

En 1957, les Français assurent que le dénommé Schulz-Lesum est chargé de réceptionner les légionnaires déserteurs à Tétouan et de les diriger sur Madrid via Ceuta et Algésiras. Pour ce faire, il leur fournit des titres de transport et une attestation d’identité contre l’engagement de rembourser la totalité des frais de rapatriement. « Il ressort que des contacts auraient été décelés entre légionnaires allemands et émissaires du FLN à Saïda [Algérie]. Ces contacts seraient pris dans cette ville à l’intérieur du Café des Sports », poursuit le rapport des RG de Sidi Bel Abbès.

« Révolutionnaire au prestige extraordinaire »

Le service de rapatriement des légionnaires déserteurs a été créé en octobre 1956 par le Conseil national pour la révolution algérienne (CNRA), et son installation à Tétouan a été confiée à Abdelhafid Boussouf, alias « Si Mabrouk », ex-chef de la wilaya (circonscription administrative) V, perçu par le Sdece comme un « révolutionnaire au prestige extraordinaire, plus proche des combattants du maquis que de l’aile bourgeoise du Front ». En 1953-1954, la Légion comprend 55 % d’Allemands, chiffre qui descend à 35 % entre 1956 et 1962, selon l’historienne Mathilde von Bulow, auteure d’un ouvrage sur l’Allemagne de l’Ouest au temps de la guerre froide et de la guerre d’Algérie. Un bon tiers a moins de 21 ans, et beaucoup ont même moins de 18 ans.

Le but, pour le FLN, est de structurer un phénomène de désertions croissant. Le 23 août 1955, le général Lorillot, prédécesseur de Salan au commandement de la 10e région militaire, écrit ainsi au ministre de la défense pour lui faire part de « l’augmentation sensible des désertions dans les unités de la Légion étrangère ». Mais il se veut alors rassurant. Cela ne serait dû, selon lui, qu’à « la fin des opérations actives en Indochine », à « la modicité de la solde en Afrique du Nord par rapport aux soldes en Extrême-Orient » et « à la situation de demi-repos (…) propice aux tentatives de fugue ». Néanmoins, il estime nécessaire de « suivre de très près les questions de sécurité interne ».

L’inquiétude s’accroît pourtant vite. Le 22 octobre 1956, l’interception de l’avion transportant cinq chefs du FLN permet aux Français de trouver sur l’un des leaders, Mohamed Boudiaf, un extrait d’interrogatoire réalisé par les autorités espagnoles d’un légionnaire allemand déserteur âgé de 23 ans, Ludwig Trapp. On peut y lire des informations précieuses sur l’organisation et la sécurité interne de la Légion, ses lieux d’implantation en Algérie. Le 14 décembre 1956, le ministre résident en Algérie assure au secrétaire d’Etat aux affaires étrangères que « les ingérences espagnoles dans la rébellion en Afrique du Nord sont indéniables ».

Réseaux de solidarité

Le même 14 décembre 1956, le légionnaire Manfried Kober, de la 5e compagnie du 1er régiment étranger d’infanterie, rejoint ainsi dans le maquis une unité du FLN avec vingt camarades, avec armes et équipements. Ils sont pris en charge pendant vingt et un jours, avant d’être acheminés vers le Sud marocain, en territoire espagnol. Par bateau, ils font ensuite le trajet Ifni-Tétouan. Schulz-Lesum leur fait gagner Tanger, puis Madrid par avion. Kober est accueilli par le consul d’Allemagne dans la capitale espagnole, qui lui remet une somme d’argent, un passeport et un billet d’avion.

A Berlin, Kober est reçu par un pilier de cette filière de rapatriement, membre du « Nordafrikanischer Club », un certain Lindemann, qui lui demande le remboursement des 600 marks, prix de son retour au pays. L’hebdomadaire Jours de France, en juillet 1957, évoque l’existence de ce réseau allemand, à Berlin. Dirigé par Hans-Peter Rullman, converti à l’islam et membre d’un mouvement pour la réunification de l’Allemagne patronné par la CDU (Union chrétienne démocrate) du chancelier Adenauer, il se livre à l’achat et à la livraison d’armes pour la « résistance algérienne ». Mais son activité principale reste l’organisation de la désertion des légionnaires allemands en Afrique du Nord.

M. Lindemann, qui prétend avoir 3 200 désertions à son actif, affirme même envoyer des émissaires qui, une fois introduits dans la Légion, endoctrinent des jeunes recrues et les incitent à déserter. De nombreux réseaux de solidarité se montent par ailleurs en Allemagne, dans les milieux étudiants, catholiques, protestants, communistes, trotskistes et syndicaux. Hans-Jürgen Wischnewski, député SPD (Parti social-démocrate), est la figure politique de ce mouvement de soutien. Adenauer, qui ne veut pas laisser la main au parti de l’opposition SPD, laisse faire, persuadé qu’un jour l’Algérie sera indépendante.

Tétouan, centre de transit

Le FLN a confié à Abdelkader Chanegriha la coordination de quatre brigades spéciales, chargées du franchissement de la frontière. Deux voies principales d’exfiltration sont empruntées jusqu’à Nador par les déserteurs allemands, vers le sud, puis à l’ouest, suivant l’itinéraire El Aricha, Berguent, Oujda, à pied, puis de Nador à Tétouan, en taxi. Une seconde officine existe à Mascara, le trajet des légionnaires étant alorsDublineau, Tlemcen, Oujda, puis de Nador à Tétouan. « A Nador, ils seraient pris en compte par le gouverneur civil de ce centre puis dirigé sur Tétouan où Schulz-Lesum se chargerait de leur acheminement sur l’Allemagne », conclut le rapport des RG de Sidi Bel Abbès. Le centre de transit de légionnaires déserteurs à Tétouan est établi dans le quartier de Malaga, à une centaine de mètres du cinéma Le Victoria.

La base de Nador, située au bord de la mer, à l’extrémité est de l’ex-Maroc espagnol, à près de 100 kilomètres de la frontière algéro-marocaine, est le siège de l’état-major rebelle du Comité de libération du Maghreb arabe, mais aussi la plaque tournante du trafic d’armes et du regroupement des Algériens et Marocains partant combattre dans les maquis d’Algérie. « Il existe des ateliers à Nador où des spécialistes (parfois d’anciens légionnaires) fabriquent des grenades et des mines, dit le renseignement militaire. Une usine de fabrication de grenades et de mines se serait récemment montée à Tétouan, à l’embranchement de l’ancienne et de la nouvelle route de Ceuta, sous la direction de deux ingénieurs allemands. »

Contacté en Algérie par Le Monde, Mohammed Lemkami, ex-membre des renseignements du FLN, se souvient des activités de ces Allemands de Tétouan, notamment de Winfried Müller, devenu officier de l’Armée de libération nationale (ALN) sous le nom de Si Mustapha Müller, dont seul le nom restera dans l’histoire du rapatriement des légionnaires. Son bac en poche en 1954, Lemkami devient instituteur dans son village natal de Khemis, à 45 kilomètres de Tlemcen. Petite main du FLN, il participe peu à peu à des missions de convoyage d’armes à la frontière algéro-marocaine et escorte des chefs de l’ALN avant d’intégrer le ministère de l’armement et des liaisons générales (MALG, le service de renseignement du FLN), créé en 1957 par Boussouf.

« Ils ont été efficaces »

« Les contacts avec les légionnaires se faisaient à l’intérieur du pays et ont été initiés par le FLN, se souvient-il. Parfois, en un seul jour, une petite dizaine d’entre eux désertaient, parfois personne. Certains légionnaires venaient avec leurs armes. Ils nous donnaient des informations sur les activités de la Légion, qui était la plus crainte au sein de l’armée française. On leur faisait passer la frontière et on les conduisait dans une ferme à Tétouan. C’est là que le réseau de Si Mustapha Müller prenait le relais pour les rapatrier. Ils ont été efficaces, car il y avait beaucoup d’Allemands et d’Autrichiens dans la Légion. »

Mohammed Lemkami œuvre alors également au sein du contre-espionnage du MALG. « En 1957, on a intercepté deux hommes du Sdece à la frontière marocaine, se remémore-t-il. Ils se faisaient passer pour des légionnaires déserteurs. S’ils ne répondaient pas à nos questions, ils mourraient, alors ils nous ont donné tout ce qu’ils savaient sur le Sdece au Maroc et en Algérie. Ils nous ont donné les noms des Marocains et des Algériens qui travaillaient pour eux. » Le renseignement est une priorité du FLN. Le Sdece signale, le 29 août 1958, qu’un légionnaire artificier ayant participé à la pose de mines et du réseau électrifié dans la région de Port-Say « aurait déserté et aurait donné tous les plans du réseau ».

Pour ses activités, Wilhelm Schulz-Lesum est décoré, en 1957, par le président allemand, Theodor Heuss, de la croix fédérale du mérite. Le 2 avril 1958, la présidence autrichienne l’honore également pour son rôle dans le retour de légionnaires autrichiens, qu’il négocie avec l’ambassadeur d’Autriche à Madrid. Dès le 7 février 1957, le Sdece a informé la présidence du Conseil sur « la position autrichienne [qui] risque d’être influencée par l’esprit anti-colonialiste de certains secteurs socialistes. Dans ces conditions, il y a lieu de prévoir soit l’abstention de l’Autriche, soit l’alignement sur l’attitude des Etats-Unis ». Karl Blecha, futur ministre de l’intérieur autrichien, alors président de l’Union des étudiants socialistes, se rend, en 1958, en Afrique du Nord pour rencontrer des membres du FLN.

Maquiller les opérations

Reimar Holzinger, un socialiste autrichien né en 1921, qui a rencontré Si Mustapha Müller en 1955, est devenu son alter ego et s’occupe de l’exfiltration des déserteurs autrichiens. Il prend également en charge les Hongrois qui ont intégré la Légion après les événements de 1956 à Budapest. Bruno Kreisky, alors ministre des affaires étrangères autrichien, soutient le gouvernement algérien en exil et le réseau Holzinger. « Quand un Autrichien désertait, le service de rapatriement contactait l’ambassade d’Autriche à Madrid, laquelle se chargeait d’organiser le transfert en bateau de Barcelone à Gênes et de là vers l’Autriche », a rapporté Holzinger à l’historien Fritz Keller.

C’est dans ce contexte que le service action du Sdece va tenter de mettre en œuvre l’ordre d’éliminer Wilhelm Schulz-Lesum. Pour maquiller ce type d’opération, la France étant déjà critiquée au sein de l’ONU pour sa politique algérienne, le Sdece fait croire qu’un groupe mystérieux appelé La Main rouge opère de manière autonome et mène, seul, des actions contre les soutiens actifs au FLN. Un grand nombre d’opérations étant perpétrées en Allemagne de l’Ouest, il s’agit aussi de ne pas heurter l’allié allemand. Selon un ancien du 11erégiment parachutiste, bras armé du Sdece, l’opération d’approche mentionnée dans la note Foccart auprès de Schulz-Lesum était la spécialité d’un groupe d’agents du Sdece mené par Jean-Pierre Lenoir, expert dans la traque des trafiquants d’armes et très actif en Espagne.

Le rôle de faux nez joué par La Main rouge n’a guère trompé les autorités allemandes, qui mènent, de leur côté, un double jeu. Dans leur Histoire des services secrets allemands (Nouveau monde, 2009), Michael Mueller et Erich Schmidt-Eenboom indiquent que le BND, l’équivalent allemand du Sdece, disposait d’un bureau au siège des services français, à Paris, et qu’il prêtait main-forte dans la traque aux réseaux de soutien au FLN, y compris sur le sol allemand.

Quand l’Allemagne équipait le FLN

Mais, à la fin des années 1950, pour s’attirer les faveurs de pays arabes tout juste sortis du joug colonial, la RFA envoie aussi ses agents du BND former les services de sécurité de la Syrie, du Soudan et de l’Egypte, pays où les renseignements allemands dialoguent avec le FLN et son gouvernement provisoire. La RFA considérait favorablement le rapatriement de légionnaires allemands, estimant que leur présence dans cette force coloniale française était une atteinte à sa souveraineté et à son image. En 1958, un agent expérimenté du BND, Richard Christmann, lui-même ex-légionnaire, se rend d’ailleurs à Sidi Bel Abbès pour rendre compte des activités du réseau.

Les menaces du Sdece n’ont pas été sans effet. Le BND semble avoir prévenu Wilhelm Schulz-Lesum du danger. Lorsque la sentence mortelle est prononcée à son encontre, le 4 août 1958, dans le secret du bureau de Foccart, l’homme est déjà en partance vers Madrid. Le Sdece relève d’ailleurs, le 4 juin 1958, que les déserteurs sont désormais accueillis, à Tétouan, par un autre Allemand, Otto Berger, également agent consulaire de la République fédérale allemande.

Tétouan, terre d’espions et point d’observation régional au cœur de l’empire colonial français en train de s’affaiblir, intéresse alors tous les services secrets étrangers. D’après l’historien Kader Benamara, qui a travaillé avec M. Keller sur les réseaux de solidarité autrichiens en faveur du FLN, « Si Mustapha Müller avait été contacté par la CIA pour connaître le rôle du Parti communiste au sein de la rébellion algérienne ». Le FLN était, selon le renseignement militaire français, équipé d’« appareils portatifs de fabrication américaine » fournis par l’Allemagne.

« Déviance titiste »

Le même Müller avait déserté, pendant la seconde guerre mondiale, la Wehrmacht pour rejoindre l’Armée rouge, au sein de laquelle il a joué un bref rôle de propagandiste communiste à destination des soldats allemands. Exclu d’une école de cadres communistes, en 1950, pour « déviance titiste », il tente, en vain, d’entrer dans la Légion étrangère, le 2 février 1951, à Landau, en Allemagne, puis débarque à Paris, en 1953, où il devient chef du protocole d’un diplomate sud-américain dont la femme ne saura jamais que sous son lit étaient cachés des lots de grenades destinés aux amis du FLN. Repéré par les services français, il fuit vers le Maroc en 1956, où il noue vite des relations étroites avec les représentants consulaires et diplomatiques de la République fédérale allemande.

Les Soviétiques, proches alliés du FLN, étaient également présents à Tétouan et n’ont pas perdu le contact avec Müller. Un télégramme du 26 mai 1959 du consulat général de France de Tétouan à son ministère à Paris indique, laconique, qu’un « service commercial russe aurait loué des bureaux par l’intermédiaire de M. Garcia Rivera, vente de produits agricoles ». La tête de Müller est mise à prix 50 000 marks, mais il est moins facile à atteindre que Schulz-Lesum. Il échappe à un explosif caché dans un livre envoyé du Caire qui l’attend à la poste de Tétouan. Quatre gardes du corps le suivent en permanence et des chiens protègent sa maison, à Tétouan, des agents de La Main rouge.

La vindicte est retombée

Comme bon nombre d’opérations commandées au Sdece à cette époque, finalement avortées ou abandonnées, celle ayant visé Wilhelm Schulz-Lesum paraît ne pas avoir été menée à son terme. Après des recherches en Algérie, au Maroc, en Allemagne et en Autriche, Le Monde a finalement retrouvé sa trace, en juin 1965, à Madrid, où l’ingénieur de 69 ans a renoué avec ses premiers centres d’intérêt. Il y dépose, le 1er juin 1965, un brevet technique sur un extincteur d’incendie. Il a retrouvé une vie normale. La vindicte française est retombée.

Trois ans plus tôt, en effet, le 15 septembre 1962, Si Mustapha Müller a annoncé la fin des activités du service de rapatriement de légionnaires déserteurs « eu égard au rétablissement de l’indépendance de l’Algérie et compte tenu de l’accord franco-algérien d’Evian ». Parmi les 4 111 légionnaires déserteurs rapatriés par le réseau figurent 2 783 Allemands, 489 Espagnols, 447 Italiens, 137 Hongrois, 87 Yougoslaves, 41 Belges, 35 Suisses, 31 Autrichiens, 16 scandinaves, 19 Hollandais, 7 Luxembourgeois, 3 Grecs, 9 Britanniques, 2 Américains, 3 Latino-Américains, 1 Coréen et 1 Bulgare.

Wilhelm Schulz-Lesum redevient l’un des acteurs anonymes d’une aventure collective tombée dans l’oubli, qui fut résumée, en avril 1961, par le journal américain de Francfort The Overseas Weekly sous un titre évocateur : « Le service qui a volé une brigade entière de la Légion étrangère sans tirer un coup de fusil ».


Gard rhodanien : la Légion étrangère fière de ses traditions

Envoyer

http://www.midilibre.fr/

TIMOTHÉE DÉON Publié le 31/08/2017

Gard rhodanien : la Légion étrangère fière de ses traditions

Les tatouages sont courants chez les légionnaires. Ils représentent souvent des symboles de la Légion comme ici la devise honneur et fidélité. MIKAËL ANISSET

Vieux de 186 ans, ce corps d'élite de la défense française se démarque par des coutumes qui lui sont propres.

Depuis 1831, date de sa création par Louis Philippe 1er sur décret royal, la Légion étrangère a été de tous les combats que la France a menés. Créée au départ pour accueillir les indésirables des nobles rangs de l'armée française, elle est un ensemble de bataillons mal-aimés où les officiers voient comme une punition d'y servir.

Une réputation connue à travers le monde

Mais, combat après combat, la Légion étrangère impressionne, et à force de courage d'abnégation et de sacrifices devient une unité d'élite dont la réputation est connue à travers le monde. Ils sont aujourd'hui nombreux et de toutes origines à vouloir y servir. En effet, aucun corps de l'armée française ne suscite autant d'interrogations, de mystères et de mythes que la Légion étrangère. Des traditions nées de leurs exploits.

Honneur  et fidélité

Chaque régiment a son étendard, un drapeau tricolore sur lequel est inscrit honneur et patrie. Ceux des régiments étrangers sont un peu différents, leur devise est honneur et fidélité. On ne demande pas aux légionnaires de renier  leur patrie d'origine cependant ils doivent jurer fidélité à la France.

La légion  a ses “hipsters”

Pour les pionniers, la barbe n'est pas un effet de mode, mais bien une tradition datant de 1844. Ces derniers montaient les premiers  à l'assaut, leur espérance de vie étant très courte ils avaient le droit de ne pas se raser et revenaient barbus lorsqu'ils survivaient.

Tradition d'Afrique

Nombre des coutumes de la Légion remontent aux conquêtes de l'Algérie et du Maroc au milieu du XVIIIe siècle. Comme le chapeau chinois, pavillon de cuivre garni de clochettes qui compose la musique de la Légion étrangère. Instrument d'origine Turc, deux queues de cheval y sont accrochées. Une vieille tradition ottomane adoptée par les régiments d'Afrique. La queue du cheval de l'ennemi tué était symbole de courage. Exposée devant la tente du chef elle représentait le commandement.

Képi blanc

Les légionnaires sont reconnaissables à leur fameux képi blanc. Pourtant, ce dernier  n'a pas toujours été couleur de pureté. À l'origine, il était kaki, mais durant les campagnes d'Afrique du nord, à force de soleil, de transpiration et des lavages répétés, il eut vite tendance  à devenir blanc, marquant ainsi  la fierté des plus anciens. Difficile à obtenir, le képi blanc est remis aux recrues qui sont dignes de leurs aînés, il marque l'appartenance  à leur nouvelle famille, la légion.


Libérateur et Père de la Légion

Envoyer

http://www.estrepublicain.fr/

Le 03/09/2017

Le général Paul-Frédéric Rollet, le père de la Légion, premier légionnaire de France. Photo ER

André Trouslard rend hommage au lieutenant-colonel Paul-Frédéric Rollet, « le Père de la Légion », le libérateur de Regnéville. L’offensive française d’août 1917 est déclenchée afin d’enlever puis d’occuper les positions du Mort-Homme et de la Cote 304 tenues par l’ennemi afin de dégager Verdun des feux de l’artillerie allemande.

Ainsi les communes de Cumières et de Regnéville sont libérées, les 20 et 21 août 1917, par le régiment de Marche de la Légion étrangère, une des composantes de la division marocaine du 16e corps d’armée avec le 4e régiment de Marche de Tirailleurs, le 7e régiment de marche de tirailleurs et le 8e régiment de Marche de Zouaves.

Ces régiments obtiendront, à la fin du conflit, la fourragère rouge à la couleur de la Légion d’honneur.

Paul-Frédéric Rollet le Père de la Légion

Le régiment de Marche de la Légion étrangère est commandé par le lieutenant-colonel Paul-Frédéric Rollet.

Entré à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1894, il rejoint la Légion étrangère en décembre 1899. Il sert en Algérie, puis à Madagascar.

À la déclaration de la Grande Guerre, il demande à être affecté en métropole. Son comportement au feu en Argonne, sur la Somme, sur la rive gauche de la Meuse est remarquable.

Le régiment se couvre de gloire et le lieutenant-colonel Rollet devient un personnage de légende. Promu général de brigade et inspecteur de la Légion étrangère en 1931, cette figure emblématique va réorganiser la Légion et développer « l’esprit légionnaire ». Le « Père Rollet » devient le « Père de la Légion étrangère ».

La promotion de Saint-Cyr 1978-1980 porte son nom.

Sur les pas des légionnaires, une marche de Cumières à Regnéville et retour, avec arrêts commentés, sera organisée le samedi 23 septembre. Le rendez-vous est prévu à 14 h, au village détruit de Cumières-le-Mort-Homme.


Grande Guerre : le Tableau d’honneur d’août 1917

Envoyer

https://actu.fr/

Publié le 1 Sep 17

 

Le 1er août 1917

LEMÉTAYER Pierre Edmond Emmanuel (ELB), soldat au 47e RI. Né le 24/2/1891 à Sommesnil, domicilié à Elbeuf. Tordeur, célibataire. Tué à Bras (Meuse).

Le 2 août 1917

GUERRIER Gustave Joseph (SAE), soldat au 18e BCP. Né le 16/7/1896 à Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Terrassier, célibataire. Tué à Esnes (Meuse).

Le 3 août 1917

PETIT Robert Raoul (ELB), soldat au 147e RI. Né le 1/12/1896 à Elbeuf. Rameur. Mort de ses blessures à l’ambulance 6/13 à Ville-sur-Cousances (Meuse).

Le 5 août 1917

MARTZ Pierre Félix Victor (ELB), soldat au 28e RI. Né le 14/4/1891 à Elbeuf. Dégorgeur. Mort de ses blessures à l’ambulance 5/3 à Longueval (Aisne).

Le 7 août 1917

DEVIN Marcel Victor (ELB), soldat au 74e RI. Né le 26/4/1884 à Elbeuf. Coiffeur, marié. Décédé des suites de maladie à l’hôpital auxiliaire 103 à Rouen.

Marcel Devin, décédé des suites de maladie le 7 août 1917, à l’hôpital auxiliaire 103 à Rouen.

Le 9 août 1917

GLACET René (NON), soldat au 104e RI. Né le 2/11/1879 à Saint-Vaast-en-Cambrésis (Nord), sa famille était réfugiée à Elbeuf. Marié, un fils. Tué à Vacherauville (Meuse).

Le 17 août 1917

CHARON Jules Louis (CAU), soldat au 319e RI. Né le 27/10/1884 à La Londe, domicilié à Caudebec-lès-Elbeuf. Monteur de chardons, marié, quatre enfants (dont un mort en bas âge). Mort de ses blessures à l’ambulance 11/18 à Brenelle (Aisne).

Le 18 août 1917

HEURTEMATTE Paul Louis (ELB), soldat au 274e RI. Né le 24/5/1885 à Caudebec-lès-Elbeuf, domicilié à Elbeuf. Cardier, marié. Mort de ses blessures à l’ambulance 5/3 à Longueval (Aisne).

Le 20 août 1917

MAUVIEL Stanislas Aldonce Jules (LAL), soldat au 8e RMZ. Né le 29/1/1889 au Theillement (Eure), domicilié à La Londe. Marchand de bois, un fils. Tué à Chattancourt (Meuse).

Stanislas Mauviel, tué le 20 août 1917 à Chattancourt.

ROBINE Louis Alphonse Charles (SAE), sergent au RMLE. Né le 12/3/1893 à Beaumesnil (Eure), domicilié à Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Charcutier, marié. Tué à Cumières (Meuse).

Le 22 août 1917

DUMONT Maximilien Émile (CAU), soldat au 129e RI. Né le 12/6/1889 à Saint-Pierre-lès-Elbeuf, domicilié à Caudebec-lès-Elbeuf. Débourreur, marié, un enfant. Tué à Bezonvaux (Meuse).

Le 23 août 1917

LEPAGE Julien Gustave (CAU), soldat au 161e RI. Né le 18/11/1895 à Colombes (Hauts-de-Seine). Orphelin, son frère habitait Caudebec-lès-Elbeuf. Maçon, célibataire. Tué à Louvemont (Meuse).

Le 24 août 1917

BOQUET Raoul Louis René (ELB), soldat au 272e RI. Né le 29/11/1897 à Saint-Aubin-lès-Elbeuf, domicilié à Elbeuf. Mécanicien, célibataire. Tué à Esnes (Meuse).

DEMANTES Marcel Henri Maurice (CAU), soldat au 64e RI. Né le 14/8/1896 à Caudebec-lès-Elbeuf. Typographe, marié. Tué à Urvillers (Aisne).

Le 25 août 1917

KAPP Frédéric Auguste (ELB), soldat au 60e RI. Né le 19/11/1877 à Bischwiller (Bas-Rhin), domicilié à Elbeuf. Cafetier, marié. Tué à Louvemont (Meuse).

Frédéric «Auguste» Kapp, tué le 25 août 1917 à Louvemont.

POIVEY Albert Jérémie (ORI et SAE), soldat au 403e RI. Né le 13/1/1880 à Orival. Charretier, marié, un fils. Tué à Oulches (Aisne).

Le 26 août 1917

CHARLES André Auguste Adrien Charles (ELB), sergent-fourrier au 155e RI. Né le 4/10/1892 à Caudebec-lès-Elbeuf, domicilié à Elbeuf. Clerc d’huissier, marié, un enfant. Tué à Beaumont (Meuse).

HAREL René Albert (CAU), soldat au 227e RI. Né le 10/5/1896 à Caudebec-lès-Elbeuf. Journalier, célibataire. Tué à Kerklina (Serbie).

René Harel, tué le 26 août 1917 à Kerklina (Serbie).

RENAULT Florent Armand (FRE), soldat au 329e RI. Né le 14/2/1896 à Freneuse. Cultivateur, célibataire. Mort de ses blessures à l’hôpital d’évacuation 7 à Ham (Somme).

Florent Renault, mort de ses blessures, le 26 août 1917, à l’hôpital d’évacuation 7 à Ham.

Le 29 août 1917

DELHAYE Albert Augustin (NON), soldat au 128e RI. Né le 10/10/1896 à Lys-lez-Lannoy (Nord), domicilié à Elbeuf. Bonnetier. Tué à Esnes (Meuse).

Le 31 août 1917

HARDY André Ernest Marcel (NON), sous-lieutenant au 403e RI. Né le 17/5/1893 à Dieppe. Instituteur, en poste à La Londe. Tué à Bouconville-Vauclair (Aisne).

André Hardy, tué le 31 août 1917 à Bouconville-Vauclair.

Abréviations monuments

Caudebec-lès-Elbeuf (CAU), Cléon (CLE), Elbeuf (ELB), Freneuse (FRE), La Londe (LAL), Orival (ORI), Saint-Aubin-lès-Elbeuf (SAE), Saint-Pierre-lès-Elbeuf (SPE), Tourville-la-Rivière (TOU), Sotteville-sous-le-Val (SOT), non inscrit sur un monument aux Morts de l’agglo (NON).

Abréviations unités

Régiment d’Infanterie (RI), Bataillon de Chasseurs à Pied (BCP), Régiment de Marche de Zouaves (RMZ), Régiment de Marche de la Légion Étrangère (RMLE).

Contacts

Vous avez un ancêtre qui a combattu dans la Grande Guerre, qui y a laissé sa vie ou en est revenu. Vous avez des photos, documents, témoignages, anecdotes… contactez-nous en vue d’une exposition finale, en 2018, ou d’illustrer ce tableau d’honneur.

Patrick Pellerin

Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Tél. 02 35 77 96 32 ou 06 77 07 06 23.

Thierry Guilbert

Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Thérèse Lehec

Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Tél. 02 35 78 45 90 et 06 75 99 84 64.

Claude Crevon

Mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Tél. 02 35 87 72 01.


Les Marsouins du RICM privés de douche chaude pour éviter la maladie du légionnaire

Envoyer

http://www.lanouvellerepublique.fr/

31/08/2017

Un Marsouin qui attrape la maladie du légionnaire, ça ne fait pas très sérieux, alors au quartier Ladmirault, siège du Régiment d'infanterie chars de Marine de Poitiers, c'est un peu comme sur le terrain. Les douches de campagne sont de sortie pour permettre aux militaires de se laver à l'eau froide malgré l'interdiction ponctuelle d'utiliser les équipement fixes le temps de nettoyer les canalisations où la bactérie a proliféré. Un simple choc thermique avec l'envoi d'une eau très chaude permet de tuer dans l’œuf toute prolifération et d'éviter ainsi de mettre les militaires sur le flanc.


Benoît Puga et Patrick Calvar, deux profs de choc pour Sciences-Po

Envoyer

http://www.lefigaro.fr/

Par Alain Barluet Publié le 31/08/2017

Benoît Puga et Patrick Calvar vont apporter leur expérience aux élèves de Science-Po.

 

INFO LE FIGARO - Le général Benoît Puga, l'ex-chef de l'état-major particulier de l'Élysée, et Patrick Calvar, le patron du renseignement intérieur jusqu'à mai dernier, rejoignent cette année Sciences-Po pour enseigner sur les questions de sécurité et de défense. L'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve sera lui aussi professeur.

La soixantaine d'étudiants de la spécialité sécurité et défense qui seront présents, vendredi, pour la rentrée dans l'amphithéâtre Emile-Boutmy de Sciences-Po, ignoraient en s'inscrivant qu'ils hériteraient d'aussi «grosses pointures». Le secret, bien gardé, ne devait être levé que lors de cette première séance: parmi leurs professeurs, figureront cette année le général Benoît Puga, actuel grand chancelier de l'ordre de la Légion d'honneur et qui fut à l'Élysée l'influent chef d'état-major particulier de Nicolas Sarkozy puis de François Hollande (jusqu'en 2016), ainsi que Patrick Calvar, directeur général de la sécurité intérieure (DGSI) de 2014 à mai dernier.

Un troisième «ténor», et non des moindres, l'ex-premier ministre et ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui avait annoncé cet été son arrivée à Sciences-Po, après avoir repris la robe d'avocat, fera dans la même filière un cours sur la «gouvernance de la sécurité intérieure», à partir de janvier prochain.

Naissance de la filière sécurité-défense

Le général Puga, 64 ans, légionnaire parachutiste qui «sauta sur Kolwezi» en 1978 avant de mener une brillante carrière militaire, débutera en janvier 2018 un cours consacré à la «perspective comparée sur la prise de décision en matière militaire». Il s'agira d'«expliquer la prise de décision opérationnelle et la conduite des opérations militaires, par rapport aux cas britannique et américain», explique-t-on à Sciences-Po en rappelant notamment le rôle du général Puga, alors à l'Élysée, lors de l'opération «Serval», au Mali, en 2013.

«Le retour d'expérience de ceux qui ont été en responsabilité en situation de guerre et qui ont eu à prendre des décisions est extrêmement profitable pour nos jeunes»

Guillaume Farde, conseiller scientifique de la spécialité sécurité-défense de l'Ecole d'affaires publiques de Sciences-Po

L'ex-patron de la DGSI, Patrick Calvar, 61 ans, qui eu à mener la traque contre les auteurs des attaques de «Charlie» et du 13 novembre 2015 à Paris, planchera pour sa part sur le renseignement avec un souci, là aussi, de mettre en regard la spécificité de la situation en France avec l'exemple britannique.

La création, lors de cette rentrée, d'une filière sécurité-défense au sein de l'École d'affaires publique de Sciences-Po traduit le renouveau de l'intérêt pour ces thématiques depuis les attentats en France et la guerre contre le terrorisme. «Notre maître mot est la professionnalisation», insiste Guillaume Farde, conseiller scientifique de la spécialité sécurité-défense de l'Ecole d'affaires publiques de Sciences-Po.

«Le retour d'expérience de ceux qui ont été en responsabilité en situation de guerre et qui ont eu à prendre des décisions est extrêmement profitable pour nos jeunes. Ils doivent avoir une vision large des enjeux. Demain, ce sera à eux d'assumer la sécurité et la défense de la France», ajoute Guillaume Farde.

Plusieurs personnalités du quinquennat de François Hollande figurent cette année dans le corps enseignant de Sciences-Po, notamment Gaspard Gantzer, ex-responsable du pôle communication à l'Élysée, Thierry Mandon, secrétaire d'État à la Réforme de l'État et à la simplification, puis à l'Enseignement supérieur, et Matthias Fekl, ultime ministre de l'Intérieur de la période.


Page 7 sur 20

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui15315
mod_vvisit_counterHier10048
mod_vvisit_counterCette semaine68520
mod_vvisit_counterSemaine dernière47757
mod_vvisit_counterCe mois123571
mod_vvisit_counterMois dernier229860
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098554164

Qui est en ligne ?

Nous avons 5386 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13489
Affiche le nombre de clics des articles : 18437449
You are here PRESSE XXI° 2017