AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

450 soldats du Larzac mobilisés pour Barkhane

Envoyer

https://www.ladepeche.fr/

Publié le 06/02/2018

Le député Arnaud Viala a passé la journée au sein de la 13e DBLE du Larzac et a mangé comme tout le monde : ration de combat, menu que connaîtront quotidiennement les légionnaires pendant quatre mois./ Photo 13e DBLE

Le député Arnaud Viala a passé la journée au sein de la 13e DBLE du Larzac et a mangé comme tout le monde : ration de combat, menu que connaîtront quotidiennement les légionnaires pendant quatre mois./ Photo 13e DBLE

50 % du camp du Larzac de la 13e demi-brigade de la Légion étrangère se videra la semaine prochaine : les militaires sont appelés à partir en mission au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane.

De la neige au sable. Les légionnaires vont vite devoir s'acclimater à un environnement qu'ils vont occuper pendant quatre mois : le Sahel au Mali. Près de 450 militaires sont mobilisés dans le cadre de l'opération Barkhane et s'envoleront dès la semaine prochaine pour le nord du Mali. D'un mercure négatif à plus de 30 degrés. D'une vie de famille à l'éloignement. Qu'importent les conditions : ils sont prêts. Dans un pays grand comme deux fois la France, le colonel Percie du Sert s'apprête à diriger 700 des 4 000 soldats français. «Nous sommes engagés sur une mission de quatre mois mais il faudra sûrement plus de temps pour obtenir des résultats. On s'attaque à un ennemi qui ne porte pas de treillis, qui tue des mères et des professeurs pour établir la charia et prendre le contrôle de la population», explique-t-il. Une mission d'autant plus importante que l'armée française est la seule armée européenne à combattre aux côtés des forces africaines. «Nous apportons notre aide mais nous formons 20 000 soldats africains chaque année pour permettre la souveraineté de ces États», souligne le colonel. Question planning, le mystère demeure. Mesures de sécurité obligent. Seule certitude, certains légionnaires ont déjà rejoint le Mali. «La vie sera dense là-bas. Nous serons actifs jour et nuit pendant quatre mois et les hommes sont prêts à risquer leurs vies pour les intérêts de la France», promet-il.

Soutenus par les élus

Pour l'occasion et pour partager leurs préoccupations et aussi échanger sur les enjeux de la politique de défense et les attentes des forces armées, Arnaud Viala, député de la troisième circonscription de l'Aveyron, a passé la journée d'hier aux côtés du chef de corps. Les parlementaires et les élus locaux sont également venus apporter leur soutien, à quelques jours du départ. «Cette mission prouve que le camp n'est pas seulement des bâtiments et des familles qui s'installent. Barkhane est un aboutissement», a insisté Arnaud Viala. «Recevoir le soutien des Aveyronnais fait très chaud au cœur», remercie le colonel.

Le député a découvert le déjeuner en ration de combat améliorée et s'est essayé aux tirs avec le nouveau fusil d'assaut HK 416 avec la section du lieutenant Ripoche. Avant, pourquoi pas, de rejoindre les soldats du Larzac au Mali ? L'autorisation au ministère de la Défense est en cours pour quelques élus volontaires.


3 questions à Alain Marc, Sénateur de l'Aveyron

Qu'est-ce que représente une telle mission pour le camp du Larzac ?

Cela fait près de deux ans et demi que la demi-brigade de la Légion étrangère est installée sur le plateau du Larzac. Que de chemin parcouru ! C'est une récompense, on ne leur confie pas n'importe quelle mission : ils vont défendre notre patrie. C'est une fierté.

Est-ce un moyen de mettre en avant la région ?

Ce n'est pas le but de leur mission. Les élus, nous sommes là pour apporter tout notre soutien et le faire au nom de la population qui a très bien accueilli cette DBLE. Je ne sais pas si ça leur servira mais c'est très important de leur apporter un peu de chaleur avant qu'ils partent.

Que pensez-vous de la programmation militaire ?

Les moyens alloués aux forces militaires sont en passe d'être arbitrés pour la période 2019-2025. C'est important d'être sur le terrain pour connaître les véritables besoins et les problématiques, les faire remonter, et en prendre compte dans le futur budget.


L'opération Barkhane pour promouvoir la sécurité au Sahel

Barkhane a succédé à Serval le 1er août 2014. Cette opération militaire pour lutter contre les groupes djihadistes mobilise près de 4 000 soldats, huit avions de chasse, 300 blindés, 300 véhicules logistiques, 17 hélicoptères et des avions de transport. C'est le plus important déploiement français en opération extérieur. L'opération s'inscrit dans un partenariat avec cinq pays de la région : le Burkina Faso, le Mali, le Tchad, le Niger et la Mauritanie. La stratégie sahélienne de la France vise à ce que les États partenaires acquièrent la capacité d'assurer leur sécurité de façon autonome. Elle repose sur une approche globale (politique, sécuritaire et de développement).

Les soldats français mènent à la fois des opérations planifiées - avec les armées partenaires mais aussi les hommes de la mission de l'ONU - et des opérations ponctuelles en fonction d'indications des services de renseignements. L'objectif est de traquer, d'identifier des djihadistes pour les cibler, les éliminer et détruire leurs moyens logistiques. Une mission d'autant plus difficile que ces cibles se mélangent à la population.

Loïc Bailles


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui5887
mod_vvisit_counterHier6896
mod_vvisit_counterCette semaine5887
mod_vvisit_counterSemaine dernière47770
mod_vvisit_counterCe mois153517
mod_vvisit_counterMois dernier233323
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/098129640

Qui est en ligne ?

Nous avons 1397 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13434
Affiche le nombre de clics des articles : 17733366
You are here PRESSE XXI° 2018 450 soldats du Larzac mobilisés pour Barkhane