AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Quand les politiques deviendront-ils des stratèges militaires ?

Envoyer

Si l'année 2013 a été marquée d'entrée par un remarquable succès militaire au Mali, 2014 s'ouvre sur de sérieuses interrogations, avec une opération Sangaris en Centrafrique qui, faute d'avoir disposé d'emblée des moyens nécessaires, progresse très laborieusement.

Pas d'Europe sans vision stratégique commune
Il est difficile d'affirmer que cette opération sera la seule de l'année, tant les derniers mois ont montré le caractère brutal des crises dans lesquelles la France n'a d'autre choix que de s'engager militairement. Car notre pays ne peut échapper à l'Afrique, et pour longtemps encore.

Dans cet effort sur la durée, nous devrons surtout compter sur nous-mêmes. Pas sur l'Europe, en panne de solidarité militaire. Tant qu'il n'y aura pas de vision stratégique commune, il n'y aura pas de défense commune, car le sentiment de solidarité n'est pas assez fort pour que chaque gouvernement assume les risques politiques liés à ces opérations. La France doit donc cesser de se départir hypocritement des moyens - terrestres en particulier - nécessaires à l'exercice de ses responsabilités et à la protection de ses intérêts.

La guerre se vit toujours dans la durée
L'utilisation des forces armées est légitime, mais elle demande, de la part du politique, endurance et persévérance. N'imaginons pas que demain plus qu'aujourd'hui nous pourrons «commander» à la guerre et décider par avance de calendriers théoriques ignorants de l'aspect dialectique de l'engagement armé.

«A la guerre, chaque adversaire fait la loi de l'Autre» : c'est l'imparable contrainte que nous rappelle Clausewitz. Le rêve du politique, c'est l'intervention puissante, rapide, ponctuelle, qui sidère. C'est le mythe cent fois invalidé du «hit and transfer», du choc militaire qui conduirait directement au résultat stratégique et, dans un monde parfait, au passage du relais à quelques armées vassales immédiatement aptes et désireuses d'assumer elles-mêmes les responsabilités.

Las ! Clausewitz nous le dit aussi : la guerre ne se résume jamais à un seul coup et se vit toujours dans la durée. Avec sa dynamique propre, elle balaye toujours les calendriers préétablis. Il faut donc reconstituer notre capacité à conduire des engagements longs, avec des moyens suffisants pour produire d'emblée un résultat significatif. Le contraire de l'opération Sangaris au Centrafrique, en somme.

Corriger les inadéquations de notre Défense
Si nous voulons préserver notre crédibilité militaire, il faut sans délais corriger les deux grandes inadéquations de notre système de défense. Inadéquation d'abord entre notre politique extérieure, qui s'appuie sur nos capacités militaires, et notre politique militaire qui tend à l'inverse à réduire ces mêmes capacités. Inadéquation ensuite entre les modèles de forces vers lesquelles nous nous dirigeons - des forces réduites de haute sophistication, de plus en plus aptes à remporter les batailles et de moins en moins capables de gagner les guerres, adaptées surtout aux conflits que nous ne voulons pas mener - et les guerres réelles qui exigent des formats et des capacités, dont nous nous dépouillons allègrement.

Le «wishfull thinking» ne peut pas remplacer les moyens. C'est un fait : le «paradigme de destruction» ne peut plus être l'argument central de la guerre. Lorsqu'il faut agir dans des contextes où le facteur multiplicateur de la technologie est réduit, puisque la légitimité de la bataille se mesure à son résultat politique, l'instantanéité et la «foudroyance» ne fonctionnent pas. Notre opération Harmattan en Libye (2011) en constitue une preuve flagrante, puisque nous en payons les conséquences au Mali et en Centrafrique aujourd'hui.

La capacité à durer, les volumes déployables, le contrôle des espaces sont redevenus des données essentielles, ce qui remet d'autant en cause les évolutions de nos armées et ce terrible « manque d'épaisseur stratégique » qui les caractérise.

2013 aura été, militairement, l'année de la contradiction : entre les faits - les interventions - et le discours (le Livre blanc et sa traduction budgétaire, la loi de programmation militaire) qui dégrade profondément nos capacités de défense. Interventions, parfaitement légitimes, et incohérence budgétaire… jusqu'à l'absurde. Cette dernière « année militaire » nous a montré clairement ce que savent faire nos armées et leurs évidentes limites.

Souhaitons qu'en 2014, le politique se fasse enfin stratège en proportionnant l'enjeu et les moyens.

Vincent DESPORTES
Officier général (2S),
Professeur de stratégie à Sciences po et HEC
Ancien directeur de l'Ecole de guerre.
(Les Echos)


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2634
mod_vvisit_counterHier4977
mod_vvisit_counterCette semaine7611
mod_vvisit_counterSemaine dernière37819
mod_vvisit_counterCe mois99113
mod_vvisit_counterMois dernier137357
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0914986752

Qui est en ligne ?

Nous avons 760 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14180
Affiche le nombre de clics des articles : 30959826
You are here ARTICLES 2014 Quand les politiques deviendront-ils des stratèges militaires ?