AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

XV de France - Légion 42 partout et un essai transformé

18h30, ce 29 janvier, une rencontre hors norme débutait. Sur le terrain de Carpiagne, 42 engagés volontaires de la Légion étrangère faisaient face aux 42 membres, staff et joueurs, du XV de France.

En ce début de rencontre, sous les projecteurs du stade, transformé en petit Marcoussis, nos 42 futures “Fortes têtes” étaient parfaitement disposées en carré, képi blanc dans la main droite, visage concentré, dans un silence total : Biélorusse, Brésilien, Chilien, Colombien, Moldave, Ukrainien, Turc, Népalais, Suisse, Kenyan, Danois, Sud-Africain, Chinois, Mauricien… et Français de Tahiti, de La Réunion et d’ailleurs, âgés de 18 à 32 ans, de toutes les religions : hindou, évangéliste, protestant, orthodoxe, musulman ou catholique. Auparavant, ils étaient ingénieurs, soldats, policiers, officiers et même athlète international. Ils ont vaincu, les épreuves de sélection (un parmi eux renouvelait pour la cinquième fois sa tentative d’engagement), le premier mois d’instruction et enfin la marche Képi blanc dans les calanques voisines. Ils étaient prêts, au coup de clairon d’envoi, à effectuer leur Haka.

Les 42 autres portaient un autre uniforme où le coq rouge tient lieu de grenade à sept flammes. Alignés, eux aussi, habitués des face-à-face, ils observaient avec curiosité cette équipe d’un autre championnat. Ils étaient effectivement 42, joueurs, préparateurs physiques, analystes des données, nutritionnistes, kinés, entraîneurs des différents blocs, jardiniers, arbitre, analystes vidéo… Leurs histoires et horizons sont également multiples. Un pilier, appelé pour la première fois dans le groupe, vient de quitter sa ferme et ses cent vaches. Je me suis demandé de quel côté devait-il se placer.  Eux aussi, ces 42 à la bande tricolore, avaient vaincu à de nombreuses reprises et les meilleurs du monde.

Le Caïd et les seize premières mesures du Boudin donnèrent le coup d’envoi de la cérémonie de remise des képis blancs (RKB). Le code d’honneur a résonné fort dans la tête des deux équipes. La détermination, la fierté, la solidarité, le courage, la fraternité d’armes sont entrés en résonance. C’est par ce rite de la RKB, que la Légion souhaitait se présenter. Assister à cette cérémonie initiatique est une expérience marquante. L’observateur est saisi et perçoit une forme de sacré. “Séquence sacrée” est d’ailleurs le nom choisi par le staff du XV de France pour nommer le moment d’immersion dans ses périodes de préparation. Le sacré, ce soir-là, prend la forme d’une profession des sept articles du Code d’honneur du légionnaire.  Ce ne sont pas seulement 42 engagés volontaires qui sont alors devenus légionnaires, mais 42 voix qui n’en faisaient plus qu’une, comme pour manifester que l’individu ne vit que par le groupe, Legio Patria Nostra. Fin de la première mi-temps.

La seconde mi-temps ne fit que poursuivre ce que la RKB avait initié. Les témoignages des combattants d’Afghanistan, de RCA ou du Mali, les récits de nos blessés n’ont fait que confirmer les valeurs communes aux deux équipes. Un ancien chef de peloton mit en avant la préparation et la mise en condition avant l’engagement et l’importance d’acquérir des fondamentaux réflexes. Un ancien équipier du groupement commando parachutiste (GCP) témoigna de l’importance de l’ascendant psychologique et des conditions pour l’obtenir. Un sergent, camarade de classe d’un des joueurs du XV, illustra la force de l’esprit de corps et de la résilience qu’elle procure. Enfin un major, blessé très grièvement en Afghanistan, parla de la victoire sur soi-même, lorsqu’il faut se reconstruire. La victoire était dans toutes les têtes au cours de cette rencontre. Tous témoignèrent que pour l’obtenir, il ne s’agit pas tant de la rechercher elle-même, que de créer les conditions de son avènement : intelligence tactique qui nécessite une étude poussée de l’adversaire, tactique simple justement, mais tout d’exécution, entraînement sans concession qui épargne le sang, forge la discipline et la constance dans l’effort, compétences techniques larges et surtout esprit de combat. Fin de la deuxième mi-temps qui se termina, à égalité, sur un match pourtant loin d’être nul.

Je ne décrirai pas la troisième mi-temps qui souligne toujours l’intensité de la rencontre et le respect entre les équipes. Bien plus longue que les deux premières réunies, elle fut ponctuée de chants au refrain répété : “on est pareil c’est incroyable”.

Le XV de France nous a impressionné de professionnalisme, de sens de l’engagement, de bon esprit et de détermination. Je remercie Bernard Laporte, le président de la fédération française de rugby, Fabien Galthié sélectionneur de grande classe et surtout notre colonel de réserve citoyenne Max Guazzini, sans qui, ces moments d’exception, n’auraient pas été possibles.

Leur objectif est d’emmener le XV français là où il n’est jamais encore allé. Cette première rencontre, manifestement, fut un essai transformé. La Légion se fera un honneur, si le XV le souhaite, de poursuivre ce partenariat et de les aider à aller là où les autres ne vont pas !

 

 

Général Alain Lardet

Commandant la Légion étrangère

Editorial Képi Blanc Magazine - Février 2022


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui8045
mod_vvisit_counterHier9543
mod_vvisit_counterCette semaine45488
mod_vvisit_counterSemaine dernière47179
mod_vvisit_counterCe mois194745
mod_vvisit_counterMois dernier259438
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0916343794

Qui est en ligne ?

Nous avons 1622 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14355
Affiche le nombre de clics des articles : 34416302
You are here LEGION ETRANGERE COMLE Comle XV de France - Légion 42 partout et un essai transformé