AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

LA LÉGION à Madagascar

Envoyer

Le Progrès de Bel-Abbès 07/04/1895

 

LA LÉGION à Madagascar

L'événement le plus marquant de la semaine est celui qui a eu le don de provoquer l'enthousiasme patriotique aussi bien à Bel-Abbès qu'à Oran ; nous voulons parler du départ du bataillon de légionnaires pour Madagascar.

Jamais à Bel-Abbès, jusqu'à présent du moins, aucun départ de troupes n'a donné lieu à plus majestueuse expression de sympathie en vers l'armée et, particulièrement, envers nos braves légionnaires. Dieu sait cependant combien de détachements, compagnies ou bataillons, ont été fournis par la Légion étrangère au Tonkin, au Siam, au Dahomey et au Soudan ! Les contingents fournis par ces régiments spéciaux sont considérable au point qu'on n'ose réellement pas les chiffrer.

N’empêche ; malgré les nombreuses victimes de ces expéditions lointaines, les enrôlements continuent de plus belle ; les bonnes volontés tiennent à honneur de prendre part à de nouvelles démonstrations militaires pour la défense de nos droits et le respect du drapeau national.

Saluons avec admiration cette phalange de soldats qui, sous les couleurs de l'uniforme français, combattent pour la gloire de leur Patrie d'adoption. C'est évidemment ce sentiment qui anime les populations et les fait se porter en masse pour témoigner de leur sympathie envers ces héros obscurs de demain. Nous avons tous grand a plaisir à participer à ces manifestations dont le spectacle réconforte les cœurs vraiment français. On a beau dire, fut-ce là du chauvinisme suivant certains, il n'est pas désagréable le moins du monde de voir la foule électrisée en quelque sorte à ces départs de troupes. Cela prouve qu'elle apprécie la haute mission confiée à notre armée et qu'elle a toute confiance dans le succès de nos entreprises guerrières.

La manifestation de mercredi dernier, au moment du départ du bataillon de la Légion pour Madagascar, a donc été des plus sympathique.

Sur le parcours des rues pavoisées pour la circonstance, la foule se pressait et applaudissait au passage les partants dont, on observait l'allure superbement martiale. Parmi ces soldats en effet, nombre de brisquarts et aussi des médaillés du Tonkin,tous des gaillards de robuste constitution, aguerris et merveilleusement doués pour supporter les fatigues de l'expédition ou le dur climat de la grande île africaine.

A la gare, le Conseil municipal et la Société des Dames de France attendaient l'arrivée du bataillon pour faire les distributions offertes et exprimer les souhaits de circonstance.

C'est précédé de la musique, du drapeau, et aussi du corps des officiers de la garnison, que le bataillon arrive à la gare, salué par les applaudissements d'une nombreuse assistance massée sur le quai. En ordre parfait, s'exécute la montée en wagons et les distributions commencent.

M. Bernard, 1er adjoint, remplaçant M. Bastide maire absent, en voyage, prononce l'allocution suivante, s'adressant à M. le Commandant Barre, chef de bataillon :

« Au nom de la population et du Conseil municipal, je viens vous saluer au moment de votre départ pour la grande île africaine. »

« nous espérons dans quelques mois venir de nouveau vous applaudir pour les nouveaux triomphes que vous aurez remportés. »

« Ce que vous avez été là-bas à l'occident, ce que vous avez été là-bas en orient vous le serez encore à Madagascar, nous sommes certains que vous tiendrez haut et d'une main ferme, le drapeau qui vous est confié. »

« La ville de Bel-Abbès a l'insigne honneur de se montrer fier de vous. »

M. le Commandant Barre se montre très touché de toutes les marques de sympathie témoignées; il gardera dit-il, le meilleur souvenir de Bell-Àbbès, et prie M. Bernard de transmettre ses remerciements à la population toute entière. Le Comité des Femmes de France vient ensuite exprimer ses souhaits et présente au Commandant un superbe bouquet aux couleurs françaises, pendant que des petites fillettes parcourent les groupes de légionnaires leur offrant des fleurs.

Voici le moment du départ ; le premier train se met en marche aux accents de la marche du régiment; les assistants se découvrent et répondent aux vivats des partants émus par ces manifestations enthousiastes.

Le spectacle est vraiment imposant.

Dix minutes après, nouveau départ dans les mêmes conditions pour la deuxième moitié du bataillon.

Cette cérémonie a vivement impressionné la population qui a tenu à cœur de renouveler l'expression sincère et toujours vivace de son admiration pour tout ce qui touche aux choses de l'armée, et témoigner en cette circonstance ses souhaits et vœux pour le succès de nos braves légionnaires.


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4649
mod_vvisit_counterHier6471
mod_vvisit_counterCette semaine15415
mod_vvisit_counterSemaine dernière34874
mod_vvisit_counterCe mois141791
mod_vvisit_counterMois dernier137357
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0915029430

Qui est en ligne ?

Nous avons 907 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14180
Affiche le nombre de clics des articles : 31049169
You are here PRESSE XIX° 1895 LA LÉGION à Madagascar