AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La directrice de l'ECPAD dans le collimateur

Envoyer

Secret défense

Dimanche 30 Décembre 2012 Jean-Dominique Merchet
 
Isabelle Gougenheim, la directrice de l'ECPAD (Etablissement de communication et de production audiovisuelle de la défense), pourrait quitter son poste dans les prochaines semaines, contre son gré. Elle fait l'objet de critiques de la part du cabinet du ministre de la défense et de son autorité de tutelle, le délégué à la communication (Dicod), Philippe Germain. Un rapport interne a été remis, courant décembre, au cabinet du ministre et son sort pourrait être décidé dans les prochains jours. Son deuxième mandat de trois ans arrive à expiration le 30 mars 2013 et Isabelle Gougenheim souhaitait être prolongée d'un an.

Qu'un haut fonctionnaire ne soit pas renouvelé n'a rien d'extraordinaire, mais cette affaire est entourée de suspicions et d'accusations désagréables. Plusieurs choses lui sont reprochées : le contenu de certains documentaires coproduits par l'ECPAD, des liens jugés trop étroits avec la Chaîne Histoire dirigée... par Patrick Buisson, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et des problèmes de gestion interne.  Bref, Isabelle Gougenheim n'est plus en odeur de sainteté, si l'on ose dire. Un homme semble avoir juré sa perte : Alain Simon, haut fonctionnaire des finances, contrôleur financier de l'établissement et membre éminent du Grand Orient - dont ont connait l'influence dans l'équipe Le Drian, comme le raconte, par exemple, le journaliste Vincent Nouzille

Sur le fond, plusieurs documentaires sont contestés. L'un "Par le sang versé" met en cause Elisabeth Guigou, alors ministre de la Justice, dans la décision d'accorder la nationalité française aux légionnaires blessés. Un autre "Algérie, mémoires meurtries", coproduit avec l'Union nationale des combattants (UNC) fait la part belle aux thèses Algérie française, comme un autre sur les "Harkis, histoire d'un abandon". Enfin, un film récemment diffusé sur Arte et consacré à la Légion donnait la parole à des défenseurs de la torture.

Un autre point de la gestion d'Isabelle Gougenheim est contesté. L'un des responsables de l'ECPAD - qui l'a quitté depuis - a fait travailler son épouse documentariste à plusieurs reprises. Cette collaboration a cessé à la suite d'un rapport du Contrôle général des armées, mais la Direction des affaires juridiques du ministère de la défense n'a rien trouvé de juridiquement répréhensible.

Enfin, l'ECPAD travaille régulièrement avec La Chaine Histoire, ce qui n'a rien d'étonnant. Dans quelles conditions financières l'a-t-elle fait ? Selon l'ECPAD, les tarifs appliqués l'ont été en toute transparence et sont les mêmes que pour d'autres diffuseurs.

Reste une question : si le contrat d'Isabelle Gougenheim n'est pas renouvelé, qui lui succédera à la tête de cet établissement public ? La réponse à cette question permettra peut-être de comprendre le climat délétère qui règne aujourd'hui autour de cette affaire.
 

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4485
mod_vvisit_counterHier4927
mod_vvisit_counterCette semaine4485
mod_vvisit_counterSemaine dernière36132
mod_vvisit_counterCe mois216744
mod_vvisit_counterMois dernier253753
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099810701

Qui est en ligne ?

Nous avons 1271 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13605
Affiche le nombre de clics des articles : 20629994
You are here BREVES 2013 La directrice de l'ECPAD dans le collimateur