AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La maison du Légionnaire

Camerone 2020 à la Maison du légionnaire

Envoyer

Présentation de la Maison du Légionnaire

Envoyer

 


La Maison du légionnaire racontée dans un livre

Envoyer


La Maison du légionnaire

Envoyer

60 pages – plus de 120 illustrations exclusive

La Maison du légionnaire

Honneur – Fidélité – Solidarité

Format album 35 x 25 cm – 60 pages – plus de 120 illustrations exclusive

Histoire de la Maison du Légionnaire

De la création à nos jours – Moments clefs – Devenir pensionnaire.

Imaginée au début des années 1930, la Maison du légionnaire a été inaugurée le 8 juillet 1934 par le général Rollet,

Inspecteur de la Légion étrangère, venue tout spécialement d’Algérie pour l’occasion. Aujourd’hui, et toujours grâce à ses nombreux soutiens, elle poursuit son œuvre social comme au premier jour. En fait, depuis 1934, rien n’a changé.

Ou presque.

Quelle bonne idée que cet ouvrage. Je rends hommage au lieutenant-colonel SABLJIC d’avoir porté ce projet ainsi qu’à ceux qui l’ont soutenu. Certains y verront un outil de communication et d’autres la trace qu’il fallait enfin laisser pour raconter la Maison du légionnaire d’Auriol. Mais c’est surtout un album de famille.

Général de brigade Denis Mistral, Commandant la Légion étrangère

 

En vente exclusive par la Maison du légionnaire

Sur place au Domaine de Vède à Auriol (13)

Par voie postale :

Ecrivez-nous à la Maison du légionnaire, 68 chemin de Vède, 13390 Auriol

25 euros + 5 euros frais de port – Chèque à l’ordre de « La Maison du Légionnaire »

Par Internet : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Prix 25 euros.

Tous les bénéfices réalisés par la vente de cet ouvrage sont reversés au profit de l’action sociale de la Maison du légionnaire.

sur la photo de groupe suivante... Le 8 juillet 1934 à la Maison du légionnaire. De part et d’autre du général Rollet : Elie Rambaud, directeur fondateur, et Madame. A la fin de sa visite, le Père de la Légion se réjouit : « j’avais vu de belles photographies mais je m’en méfiait. Un artiste leur a fait rendre tout ce qu’il veut. Ce que je viens de voir est mieux que des photographies. Ces installations, ce confort, ce site sont admirable. Je suis plus heureux que vous tous ».

Fond iconographique de la Maison du légionnaire.


Hommage à un grand serviteur.

Envoyer

01-08-2012

Vivre de son art est une joie et un réel privilège.

 

D’excellents artistes sont morts dans la misère et certains médiocres ont eu un succès mondial, mondain et financier. Le jeune homme qui venait de terminer son service militaire ne se posait pas ce genre de question quant à prévoir son avenir d’artiste. Pour lui, vivre son art était une joie même si cela devait l’amener dans de sombres voies de garage ou la lumière de l’esprit  brille peu et où parfois, l’inspiration aboutit à des extravagances artistiques. 


La vie, tout jeune, lui avait appris que pour pouvoir vivre son art et de son art, il lui fallait abandonner un peu de sa liberté de création au profit de certaines contraintes, indispensable obligation pour survivre dans une société où il est peu ou pas admis de vivre en marge.


Sous quelle forme pouvait-il s’engager professionnellement en plaçant cet art au centre de sa vie et de sa profession, tout en étant conscient ne pas être un génie,  mais bien un homme à la recherche du beau travail au profit du bel ouvrage ?


Peu avant, en 1954, la Légion avait regroupé sa cohorte de grands blessés, victimes de la guerre d’Indochine, au château dit « du Général », vaste propriété de 220 hectares sise sur la commune de Puyloubier, au pied même de la montagne Sainte Victoire si chère à Cézanne qui l’a rendue célèbre. Elle avait trouvé l’endroit idéal pour que ses fidèles serviteurs, marqués dans leur chair et sans doute dans leur esprit, puissent vivre à l’abri d’autres aléas de la vie, entre eux, chez eux et non chez les autres.


Mais l’oisiveté étant la mère de tous les vices, l’idée de  trouver des occupations se faisait jour ; encore fallait-il trouver des moniteurs pour ouvrir des ateliers qui restaient à imaginer, à construire et à mettre en œuvre dans l’enceinte du domaine, permettant la réinsertion de ces hommes marqués par les guerres, parmi les autres hommes.


C’est ainsi que la Légion étrangère fit appel à ce tout jeune artiste au nom capital, Paris.


Pour Guy Paris, c’était l’occasion de vivre de son art, même si en contrepartie, cela signifiait pour lui la perte d’un peu de sa liberté créative en tant qu’artiste indépendant.


Monsieur Paris, comme tous l’appelaient, accepta le challenge et se mit à réaliser les conditions de ce qui allait devenir une des plus intéressantes activités du Domaine. C’est tout naturellement que sous sa patte, l’atelier de céramique, cet art issu de la conjonction de la terre et du feu, a vu le jour dans ce riche paysage de Provence si bien chanté par Mistral et si propice à la création. Petit à petit monsieur Paris réussit le tour de force de faire de  nos anciens, des santonniers et artisans céramistes, sous  l’œil expert du maître, patient et généreux, qui leur offrait son savoir faire, sa jeunesse et son enthousiasme de créateur.  


Notre jeune artiste devenu professeur semblait, pour un temps, dégagé des contingences matérielles. Un seul danger guettait : le possible glissement vers les fantasmes d’une reconnaissance artistique, devant se plier malgré tout au conformisme commercial – il faut bien manger pour vivre – et l’enfermement dans une bulle égocentrique, sans aucune possibilité d’en sortir.


Heureusement, pour l’Institution et pour les pensionnaires de l’atelier, monsieur Paris avait contracté le virus du beau travail au profit du bon travail.


C’est ainsi que cet homme, profondément humain et témoin de la vie en communauté des anciens légionnaires, parvint à devenir un véritable pilier de l’Institution qui l’employait. La satisfaction des différents Directeurs qui s’y sont succédé et qui l’appréciaient à sa juste valeur n’était pas feinte. Ce jeune homme d’alors, à la surprise de tous, réussit à gérer parfaitement et d’une main habile et généreuse  cet espace d’une importance capitale, qui offrait aux   pensionnaires la conviction  salutaire d’être utiles et d’exister encore pour quelqu’un, grâce à lui et à une activité artistique, quelquefois apprise un peu à leur corps défendant. Ce « civil » sut, par son travail,   sa discrétion, la qualité des relations humaines tissées, s’imposer et trouver parfaitement sa place au milieu des légionnaires. Il comprit l’esprit de cette Légion qui le considéra comme l’un des siens en lui attribuant la distinction de légionnaire d’honneur, ce titre tant envié.  


Aujourd’hui, retraité après 42 ans au service de la Légion à Puyloubier, monsieur Paris nous dit à travers ce livre, ce qui fut sa vie, consacrée à son art et aux anciens légionnaires dont il avait l’amitié, la responsabilité et aussi la confiance.
Artiste de cœur, il précise à qui peut ou veut l’entendre  qu’il aspire désormais à faire ce qu’il veut, quand il veut et à la vitesse qu’il veut… mais  en réalité c’est ce qu’il a fait toute sa vie durant, malgré les contraintes imposées.


Sculpter pour se nourrir revient à travailler par nécessité, certes, mais également pour son propre plaisir et pour le plaisir des autres ; l’artiste doit se réaliser. L'Institution des Invalides de la Légion étrangère lui a offert une forme de liberté doublée d’une indiscutable sécurité et la possibilité de pérenniser son travail, clé d’une existence réussie. La Boétie ne disait-il pas que : « la réussite était la laisse de la servitude volontaire » ?


Monsieur Paris, comme tout artiste qui se respecte, veut atteindre de nouveaux horizons dans la pratique de son art. Ce retraité se sent aujourd’hui libre, pour réaliser ce plongeon dans l’inconnu et dans le mystère qui lui dicte  sa vocation. C’est une énergie remuante comme le vif argent.  Ce sont les élans qui font les grands artistes de ce monde.

Monsieur Paris artiste distingué par le  titre de meilleur ouvrier de France, impose le respect pour une belle œuvre au service de nos anciens légionnaires. Il a mon amitié et mon estime pour ce bout de chemin que nous avons fait ensemble sur la route de la solidarité légionnaire.


Merci l’artiste.
Christian Morisot


Page 1 sur 6

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui11362
mod_vvisit_counterHier11197
mod_vvisit_counterCette semaine34505
mod_vvisit_counterSemaine dernière81118
mod_vvisit_counterCe mois334174
mod_vvisit_counterMois dernier313217
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0910933471

Qui est en ligne ?

Nous avons 2788 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13709
Affiche le nombre de clics des articles : 22689882
You are here LEGION ETRANGERE La maison du Légionnaire