AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La maison du Légionnaire

Présentation de la Maison du Légionnaire

Envoyer

 


La Maison du légionnaire racontée dans un livre

Envoyer


La Maison du légionnaire

Envoyer

60 pages – plus de 120 illustrations exclusive

La Maison du légionnaire

Honneur – Fidélité – Solidarité

Format album 35 x 25 cm – 60 pages – plus de 120 illustrations exclusive

Histoire de la Maison du Légionnaire

De la création à nos jours – Moments clefs – Devenir pensionnaire.

Imaginée au début des années 1930, la Maison du légionnaire a été inaugurée le 8 juillet 1934 par le général Rollet,

Inspecteur de la Légion étrangère, venue tout spécialement d’Algérie pour l’occasion. Aujourd’hui, et toujours grâce à ses nombreux soutiens, elle poursuit son œuvre social comme au premier jour. En fait, depuis 1934, rien n’a changé.

Ou presque.

Quelle bonne idée que cet ouvrage. Je rends hommage au lieutenant-colonel SABLJIC d’avoir porté ce projet ainsi qu’à ceux qui l’ont soutenu. Certains y verront un outil de communication et d’autres la trace qu’il fallait enfin laisser pour raconter la Maison du légionnaire d’Auriol. Mais c’est surtout un album de famille.

Général de brigade Denis Mistral, Commandant la Légion étrangère

 

En vente exclusive par la Maison du légionnaire

Sur place au Domaine de Vède à Auriol (13)

Par voie postale :

Ecrivez-nous à la Maison du légionnaire, 68 chemin de Vède, 13390 Auriol

25 euros + 5 euros frais de port – Chèque à l’ordre de « La Maison du Légionnaire »

Par Internet : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Prix 25 euros.

Tous les bénéfices réalisés par la vente de cet ouvrage sont reversés au profit de l’action sociale de la Maison du légionnaire.

sur la photo de groupe suivante... Le 8 juillet 1934 à la Maison du légionnaire. De part et d’autre du général Rollet : Elie Rambaud, directeur fondateur, et Madame. A la fin de sa visite, le Père de la Légion se réjouit : « j’avais vu de belles photographies mais je m’en méfiait. Un artiste leur a fait rendre tout ce qu’il veut. Ce que je viens de voir est mieux que des photographies. Ces installations, ce confort, ce site sont admirable. Je suis plus heureux que vous tous ».

Fond iconographique de la Maison du légionnaire.


Hommage à un grand serviteur.

Envoyer

01-08-2012

Vivre de son art est une joie et un réel privilège.

 

D’excellents artistes sont morts dans la misère et certains médiocres ont eu un succès mondial, mondain et financier. Le jeune homme qui venait de terminer son service militaire ne se posait pas ce genre de question quant à prévoir son avenir d’artiste. Pour lui, vivre son art était une joie même si cela devait l’amener dans de sombres voies de garage ou la lumière de l’esprit  brille peu et où parfois, l’inspiration aboutit à des extravagances artistiques. 


La vie, tout jeune, lui avait appris que pour pouvoir vivre son art et de son art, il lui fallait abandonner un peu de sa liberté de création au profit de certaines contraintes, indispensable obligation pour survivre dans une société où il est peu ou pas admis de vivre en marge.


Sous quelle forme pouvait-il s’engager professionnellement en plaçant cet art au centre de sa vie et de sa profession, tout en étant conscient ne pas être un génie,  mais bien un homme à la recherche du beau travail au profit du bel ouvrage ?


Peu avant, en 1954, la Légion avait regroupé sa cohorte de grands blessés, victimes de la guerre d’Indochine, au château dit « du Général », vaste propriété de 220 hectares sise sur la commune de Puyloubier, au pied même de la montagne Sainte Victoire si chère à Cézanne qui l’a rendue célèbre. Elle avait trouvé l’endroit idéal pour que ses fidèles serviteurs, marqués dans leur chair et sans doute dans leur esprit, puissent vivre à l’abri d’autres aléas de la vie, entre eux, chez eux et non chez les autres.


Mais l’oisiveté étant la mère de tous les vices, l’idée de  trouver des occupations se faisait jour ; encore fallait-il trouver des moniteurs pour ouvrir des ateliers qui restaient à imaginer, à construire et à mettre en œuvre dans l’enceinte du domaine, permettant la réinsertion de ces hommes marqués par les guerres, parmi les autres hommes.


C’est ainsi que la Légion étrangère fit appel à ce tout jeune artiste au nom capital, Paris.


Pour Guy Paris, c’était l’occasion de vivre de son art, même si en contrepartie, cela signifiait pour lui la perte d’un peu de sa liberté créative en tant qu’artiste indépendant.


Monsieur Paris, comme tous l’appelaient, accepta le challenge et se mit à réaliser les conditions de ce qui allait devenir une des plus intéressantes activités du Domaine. C’est tout naturellement que sous sa patte, l’atelier de céramique, cet art issu de la conjonction de la terre et du feu, a vu le jour dans ce riche paysage de Provence si bien chanté par Mistral et si propice à la création. Petit à petit monsieur Paris réussit le tour de force de faire de  nos anciens, des santonniers et artisans céramistes, sous  l’œil expert du maître, patient et généreux, qui leur offrait son savoir faire, sa jeunesse et son enthousiasme de créateur.  


Notre jeune artiste devenu professeur semblait, pour un temps, dégagé des contingences matérielles. Un seul danger guettait : le possible glissement vers les fantasmes d’une reconnaissance artistique, devant se plier malgré tout au conformisme commercial – il faut bien manger pour vivre – et l’enfermement dans une bulle égocentrique, sans aucune possibilité d’en sortir.


Heureusement, pour l’Institution et pour les pensionnaires de l’atelier, monsieur Paris avait contracté le virus du beau travail au profit du bon travail.


C’est ainsi que cet homme, profondément humain et témoin de la vie en communauté des anciens légionnaires, parvint à devenir un véritable pilier de l’Institution qui l’employait. La satisfaction des différents Directeurs qui s’y sont succédé et qui l’appréciaient à sa juste valeur n’était pas feinte. Ce jeune homme d’alors, à la surprise de tous, réussit à gérer parfaitement et d’une main habile et généreuse  cet espace d’une importance capitale, qui offrait aux   pensionnaires la conviction  salutaire d’être utiles et d’exister encore pour quelqu’un, grâce à lui et à une activité artistique, quelquefois apprise un peu à leur corps défendant. Ce « civil » sut, par son travail,   sa discrétion, la qualité des relations humaines tissées, s’imposer et trouver parfaitement sa place au milieu des légionnaires. Il comprit l’esprit de cette Légion qui le considéra comme l’un des siens en lui attribuant la distinction de légionnaire d’honneur, ce titre tant envié.  


Aujourd’hui, retraité après 42 ans au service de la Légion à Puyloubier, monsieur Paris nous dit à travers ce livre, ce qui fut sa vie, consacrée à son art et aux anciens légionnaires dont il avait l’amitié, la responsabilité et aussi la confiance.
Artiste de cœur, il précise à qui peut ou veut l’entendre  qu’il aspire désormais à faire ce qu’il veut, quand il veut et à la vitesse qu’il veut… mais  en réalité c’est ce qu’il a fait toute sa vie durant, malgré les contraintes imposées.


Sculpter pour se nourrir revient à travailler par nécessité, certes, mais également pour son propre plaisir et pour le plaisir des autres ; l’artiste doit se réaliser. L'Institution des Invalides de la Légion étrangère lui a offert une forme de liberté doublée d’une indiscutable sécurité et la possibilité de pérenniser son travail, clé d’une existence réussie. La Boétie ne disait-il pas que : « la réussite était la laisse de la servitude volontaire » ?


Monsieur Paris, comme tout artiste qui se respecte, veut atteindre de nouveaux horizons dans la pratique de son art. Ce retraité se sent aujourd’hui libre, pour réaliser ce plongeon dans l’inconnu et dans le mystère qui lui dicte  sa vocation. C’est une énergie remuante comme le vif argent.  Ce sont les élans qui font les grands artistes de ce monde.

Monsieur Paris artiste distingué par le  titre de meilleur ouvrier de France, impose le respect pour une belle œuvre au service de nos anciens légionnaires. Il a mon amitié et mon estime pour ce bout de chemin que nous avons fait ensemble sur la route de la solidarité légionnaire.


Merci l’artiste.
Christian Morisot


Tout a une fin

Envoyer

Tout a une fin. Malheureusement, les bonnes choses aussi.

Notre ami Christian quitte la direction de la Maison du légionnaire à Auriol. Avant de proposer à votre lecture le texte de l’allocution qu’il a prononcé - que je me suis procuré - à l’occasion du repas organisé en son honneur, je voulais dire ce que je pense de son mandat.

Après 34 ans au service des armes de la France, Christian a été choisi pour remplacer notre grand ancien, le capitaine Cataneo, qui avait dirigé cette maison pendant 27 ans ; plus encore qu’il n’avait accompli de services à la Légion. Après une année d’attente comme adjoint civil au chef du SM.FELE d’alors, le voilà qui prend les rênes de cette indispensable institution. Le challenge était important à plus d’un titre…

Comme la société, la Légion a changé, dans un mouvement naturel d’épousailles avec son temps. La Maison du légionnaire vieillissait doucement dans la méconnaissance même, par beaucoup, de son existence. Elle avait peu de liaisons avec la maison mère de la Légion, pourtant située à un jet de pierre en quelque sorte, et semblait vivre repliée sur elle-même.

Son directeur un authentique héros de guerre en imposait naturellement par son passé militaire et cela suffisait…

Alors le chef de bataillon Morisot, mon ami, héros commun de la Légion quotidienne, sans guerres, prend le relais.

D’emblée il constatait qu’au contraire du dicton « Pour vivre heureux, vivons cachés », il lui fallait entamer une campagne d’information intra et extra muros. Comment « recruter » (c’est son propre mot, on ne se refait pas !) des pensionnaires alors que peu de légionnaires connaissaient l’existence de cette structure ? Une campagne d’information s’imposait et c’est ce qui va marquer le départ de son action. Rosenberg, notre regretté peintre, fait une aquarelle allusive, un complice à « Képi Banc », imprime quelques documents et passe des publicités dans la revue…

Vint alors le temps des pèlerinages. Grâce à son carnet d’adresses, il peut prendre son bâton de pèlerin et se lancer dans la quête des fonds nécessaires aux améliorations indispensables. Il sait convaincre et défendre par-là, les intérêts de la Maison et des anciens légionnaires qui l’ont faite leur. Avec succès, il va pendant près de quatorze années mener sa barque à bon port, conscient qu’il est qu’elle n’affale pas les voiles aujourd'hui, puisque la route continue.

Je considère, observateur extérieur, que cette route n’a été possible, sous sa direction que par l’énergie peu commune que Christian a mise au service des légionnaires, sans compter ni son temps ni sa peine , réussissant à mener conjointement et avec bonheur sa vie familiale et sa vie professionnelle. Grâce au soutien de sa femme et de ses enfants bien sûr, mais surtout à la confiance entière que lui ont fait les conseils administration et les successifs présidents de ceux-ci. Il faut savoir ce qu’on veut. Dès lors que l’on désigne un officier issu du rang Légion, comme prévu statutairement à tort ou à raison, pour assumer la direction « d’Auriol », il est indispensable que l’autorité de tutelle, le conseil d’administration et son président, lui fassent entièrement confiance et, tout en exerçant leurs prérogatives de contrôle – qui n’exclut pas la confiance – et une autorité morale, lui laissent l’entière responsabilité de sa charge. Même quand un équipage est tiré par deux chevaux, les rênes ne se partagent pas.

Ancien légionnaire ayant vu de près fonctionner cette maison dans les bons moments comme dans les mauvais, je témoigne des qualités de son directeur qui a consacré 50 ans de sa vie à la cause légionnaire. Bien sûr, il faut travailler pour nourrir sa famille, mais il est des professions qui ne sont pas un métier mais une vocation. Pour les exercer il faut des hommes qui s’acquittent de leur tâche comme d’un sacerdoce. Christian est de ceux-là. Je ne serai pas là pour son départ mais mes pensées seront avec lui. Bonne route ami, bon vent et belle mer vieux frère. Comme je le disais dans un autre billet, tu es à l’aurore du crépuscule de ta vie. Profites-en, tu le mérites et tu le vaux bien.

Antoine Marquet.

Allocution de Christian Morisot

Chers pensionnaires, chers amis

Je remercie le général Goupil, qui répond toujours favorablement à nos invitations, pour sa présence fidèle, qui nous honore.

J’en profite pour faire le bilan, devant lui, de ces 13 ans et 3 mois dont 6 ans et 4 mois partagés avec mon adjoint, l'adjudant-chef (er) Jean-Jacques Basile, passés au service de cette “Maison du légionnaire”, avant qu'un nouveau livre ne s'ouvre pour permettre à la nouvelle direction d'écrire d'autres pages de la vie de nos légionnaires.

Je tiens à le remercier tout comme je tiens à remercier le général Le Corre, présidents du Conseil d’Administration de cette maison, pour la confiance qu’ils m’ont accordée. Ils avaient compris, forts de leur expérience, que la responsabilité ne se partage pas et m’ont laissé carte-blanche, indispensable outil pour créer et maintenir dans cette maison, un bien être indispensable pour lui donner une âme.

Au départ, trois axes d’effort se présentaient à moi :

1/ Faire connaître à la Légion, aux anciens légionnaires et aux éventuels amis sympathisants qui ne manquent jamais, l’existence de cette "Maison du légionnaire", de cet original "foyer-logement" constitué par et pour les anciens légionnaires depuis 1933,

2/ Comme il n’existe pas de « social » sans argent, le penser serait utopique, il me fallait trouver les moyens financiers d’une politique sociale adaptée à un établissement, où il était devenu nécessaire d'effectuer une très sérieuse remise en état. C’était le constat majeur de mes premières réflexions et la principale préoccupation qui s'imposait à moi, compte tenu de l'état de vieillissement de l'ensemble des installations, bâties et non bâties.

3/ «Recruter» de nouveaux pensionnaires afin d’amener la Maison à disposer d'un budget minimum de survie. En ce mois d'avril 1999, le nombre de pensionnaires présents ne nous aurait pas permis de vivre au-delà de quelques années.

Pendant tout ce temps passé à la Maison, mon rôle de directeur, en dehors du service courant et quotidien, consistera à rechercher les financements des projets indispensables, qui ne manquaient pas de se présenter.

Petit à petit une réelle prise de conscience se fit jour et le Commandement de la Légion étrangère s’est mis - tout naturellement - à apporter de l'aide à cette maison; dans un premier temps, en permettant d’équilibrer le budget et par la suite, avec une aide conséquente qui permit la réalisation d'une salle à manger climatisée, d'une indispensable infirmerie accessible de jour et de nuit et, aujourd’hui, d'une remise en état d’un de nos plus vieux bâtiments : celui baptisé “Chenel”.

Une convention précise la possibilité, voulue par la Légion, d’attribuer les aides accordées par l'intermédiaire de son organisme “Foyer d’entraide de la Légion étrangère” et une grande partie de cette action bienveillante fut l'œuvre du lieutenant-colonel Xavier Lantaires qui maitrise parfaitement un discours imprégné en filigrane d’une amitié incorruptible et bienveillante envers les anciens légionnaires.

Rien, ne peut se faire sans le financement.  On a beau avoir une forte volonté, s’impliquer personnellement quant à peindre, construire, embellir, si l’argent n’est pas là, il ne reste que l'utopie du rêve.

A ce sujet, je remercie infiniment tous ceux qui ont répondu à notre appel de détresse et en premier, notre chère Légion, la Fédération des Sociétés d’Anciens de la Légion Etrangère, le Secours de France et également la Fondation Maginot, les “Gueules cassées”, un donateur fidèle, monsieur Boulanger et toute la cohorte de petits donateurs et amis qui ont fait une grande rivière où coule, à un rythme régulier, la solidarité légionnaire.

L’aventure continue aujourd'hui avec d’autres acteurs et je souhaite la bienvenue au nouveau directeur, le lieutenant-colonel (er) Zlatko Sabljic et à son adjoint, l’adjudant-chef (er) Noël Noviot ; qu’ils trouvent au sein de cette maison tout le bonheur que nous y avons trouvé, Jean-Jacques Basile et moi-même.

Je forme le vœu sincère que le nouveau président du Conseil d’administration le général (2S) Roland Petersheim ici présent, à la manière de ses illustres anciens présidents et prédécesseurs (more majorum), laissera la nouvelle direction vivre sa responsabilité pleine, entière et sans partage.

Chers anciens, cette maison est la vôtre, vous êtes ici chez vous et non chez les autres ; n’oubliez jamais les valeurs qui sont les nôtres, soyez, en toutes occasions, solidaires les uns des autres. Vous aurez ici l’ambiance que vous ferez et surtout, celle que vous méritez.

J’ai, avant de quitter cette belle maison, une pensée amicale et légionnaire pour tous les pensionnaires qui sont décédés depuis que cette maison existe.

Je vous garde mon amitié légionnaire, vous ne quitterez jamais mes pensées.

Christian Morisot


Page 1 sur 6

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »

Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui2259
mod_vvisit_counterHier7905
mod_vvisit_counterCette semaine26498
mod_vvisit_counterSemaine dernière44975
mod_vvisit_counterCe mois10164
mod_vvisit_counterMois dernier222465
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/099350364

Qui est en ligne ?

Nous avons 1782 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 13590
Affiche le nombre de clics des articles : 19857313
You are here LEGION ETRANGERE La maison du Légionnaire