AALEME

Légionnaire toujours...

  • Plein écran
  • Ecran large
  • Ecran étroit
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La Newsletter 12/07 de l'AALEME

Envoyer

La Newsletter 12/07 de l'AALEME

Le Padré au cross de Camerone

Le traditionnel Cross de Camerone de la Maison Mère rassemblant les militaires du commandement de la Légion étrangère et du 1er Régiment étranger d’Aubagne a vu une fois de plus la participation très remarquée du Père Lallemand.


Aumônier à la Maison Mère depuis 2007, le père Yannick Lallemand sert comme officier du contingent en Algérie à partir de juillet 1958 en tant que chef de section dans un commando de chasse. Il s’y distingue rapidement et finit la guerre d’Algérie avec le grade de lieutenant de réserve et deux citations.

Répondant à sa vocation religieuse, il entre alors dans les ordres, comme prêtre à Châtellerault. Aumônier militaire à Chambéry en 1970 au profit des 7e et 13e BCA, il prend en compte les unités stationnées en Corse de 1975 à 1981, parmi lesquelles le 2e REI et le 2e REP avec lesquel il saute sur Kolwezi.

Engagé de nouveau à Beyrouth en 1983 il est cité entre autres pour son obstination à rechercher les parachutistes ensevelis sous les décombres de l’immeuble Drakkar. De même en 1984 et en 1986, il est au Tchad pour les opérations Manta et Epervier au cours desquelles il est encore cité. Mais touché par le sort des militaires locaux, il quitte l’armée française et devient aumônier catholique de l’armée tchadienne pendant 10 ans.

A son retour en France, il dessert la garnison de Montpellier puis celle de Castelnaudary au sein du 4e Étranger pendant six années. Atteint par l’âge de la retraite en 2002, il poursuit depuis cette date son ministère de façon bénévole.

Elevé au grade de commandeur de la Légion d’honneur depuis quelques jours, titulaire de quatre citations, le père Lallemand continue à 75 ans de susciter l’admiration de toute la communauté légionnaire.

Source : DCILE
Crédit photos : Légion étrangère

Ce qui est en ligne depuis la dernière Newsletter...

Gers : un légionnaire si discret

dimanche 22 avril 2012 Par blandine philippon

26 Gersois, tous anciens de la Légion étrangère, commémoraient hier le 149e anniversaire du combat de Camerone

« Nous ne sommes pas des Rambo, ce ne se passe pas comme dans des films ». (photo michel amat « so »)

Christian Gérard n'a pas vraiment un physique furtif. Il a beau conserver une inclinaison manifeste pour les teintes camouflage en arborant velours et polaire kaki, il n'a rien d'un passe muraille. Il n'empêche qu'humilité et réserve naturelle lui rendent bien difficile l'exercice de se raconter, que d'aucuns trouvent pourtant fort flatteur. « L'important, c'est le groupe, la masse, pas l'homme, pas moi en tout cas. Je connais des camarades qui ont un passé bien plus glorieux que moi » se défend l'ancien légionnaire quand on le presse de narrer les épisodes les plus fameux de sa carrière.

« Nous ne sommes pas des Rambo, ça ne se passe pas comme dans les films » rectifie le quinquagénaire qui goûte très peu les blockbusters américains où la caricature le dispute au manque de réalisme.

En dix-sept années passées dans la Légion, Christian Gérard a eu le temps de se frotter à la réalité du terrain. Et si voir des parachutistes sauter d'un avion avec leur fusil d'assaut en bandoulière et canarder tout ce qui bouge en plein vol l'exaspère au plus haut point, il supporte encore moins les fanfarons qui crient sur les toits qu'ils en sont eux aussi… On lui objecte que l'on ne copie que ce que l'on admire, que prétendre avoir été légionnaire alors que l'armée ne vous a pas vu plus longtemps que le service militaire, prouve à quel point la Légion étrangère relève du mythe. Il en convient, mais considère surtout que cela porte tort aux légionnaires, les vrais.

Ceux-là, les spécimens gersois du moins, commémoraient hier matin à Auch le 149e anniversaire du combat de Camerone (lire ci contre). Désormais retraités de la Légion, ils n'en demeurent pas moins des légionnaires. « Vous savez ce que l'on dit : légionnaire un jour, légionnaire toujours » rappelle Christian Gérard.

Désert et képi blanc

Aussi loin qu'il s'en souvienne, ce natif de Miramont-Latour a toujours voulu rejoindre la Légion. « Petit, je voyais des affiches à la gendarmerie, le légionnaire dans le désert avec son képi blanc… ». Le désert, Christian Gérard le voulait, il l'a eu. Du Zaïre au Tchad en passant par Djibouti ou la Centrafrique, ce sniper, qui faisait partie de la section des tireurs d'élite, n'a raccroché les gants que le jour où il a rencontré la mère de ses enfants. « Si j'avais continué, je n'aurai pas vu mes enfants grandir ». Aujourd'hui, après une seconde carrière dans l'administration pénitentiaire du côté de Châteauroux, puis le retour aux sources dans le Gers pour la retraite, Christian Gérard a tout le temps de se consacrer à l'amicale gersoise des anciens de la Légion étrangère et à sa deuxième passion : la radio amateur. Une grande communauté fraternelle un brin mystérieuse celle-là aussi…

Se désabonner


Traduction

aa
 

Visiteurs

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui4134
mod_vvisit_counterHier6230
mod_vvisit_counterCette semaine24689
mod_vvisit_counterSemaine dernière37819
mod_vvisit_counterCe mois116191
mod_vvisit_counterMois dernier137357
mod_vvisit_counterDepuis le 11/11/0915003830

Qui est en ligne ?

Nous avons 1367 invités en ligne

Statistiques

Membres : 17
Contenu : 14180
Affiche le nombre de clics des articles : 30994197
You are here AALEME LES NEWSLETTERS DE L'AALEME 2012 La Newsletter 12/07 de l'AALEME